AVRIL 2017. Merci de voter pour Fur ♥
Les inscriptions sont ouvertes pour tous !!! (Sauf pour les -18 ans).

Partagez | .
 

 Scylla Hnoss, l'infirmière à grandes dents (Terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Scylla Hnoss, l'infirmière à grandes dents (Terminée)   Lun 11 Jan - 19:47


Scylla Hnoss

« Dans les ténèbres qui m’enserrent, noires comme un puits où l’on se noie, je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient, pour mon âme invincible et fière. »
Carte d'identité

Nom(s) : Hnoss
Prénom(s) : Scylla
Alias : /
Âge :  Parait toujours la vingtaine, mais autant ses dents que sa taille et son aileron dorsal prouve qu'elle a au moins la soixantaine

Sexe : Féminin
Race : Furry Aquatique teintée de terrestre
Sexualité : Bisexuelle

Groupe :  Citoyen
Rang :
Derrière l'écran

Pseudo : Nenette
Sexe : féminin
Âge : 33

Votre présence : Deux à trois soir / semaine
Source de votre avatar : Mayhem

Comment avez-vous connu le forum ? Par recherche, je souhaitais retrouver un ami précieux

Code  du règlement ? :

Votre physique


De la tête aux pieds, elle mesure pas moins de trois mètres dix, sans talons, de la tête à pointe de sa nageoire caudale, elle mesure environ de six mètres soixante-dix, ce qui fait d'elle une grande blanche que l'on voit assez rarement quand bien même les femelles de l'espèce peuvent atteindre jusqu'à sept mètres cinquante. 
Elle arbore une somptueuse chevelure noire, où de nombreuses mèches roses sont visible pour finir totalement rose sur les pointes. Cette chevelure lui tombe à mi-mollet. La dite chevelure devrait constituer un handicap dans son élément, cependant, ce n'est pas le cas, elle se colle naturellement au corps de la requine ce qui limite l'impact négatif sur son hydrodynamisme.
Ses yeux sont souvent maquillé de rose, couleur qu'elle semble apprécier au plus haut point. Leurs iris est d'une jolie couleur miel en temps normal, ce qui, jumelé à l'éternel regard plein de gentillesse qu'elle arbore désormais, tend à rendre son regard des plus attrayant. 
Cependant, lorsqu'elle est en proie à un sentiment très fort, ses prunelles virent au vert profond, chose qu'elle sait mais qu'elle n'a jamais pu empêcher.
La requine à la peau sombre dans le dos et sur une bonne partie de la tête, zone qui représente le haut de son corps lorsqu'elle est dans l'eau, qui la camoufle de ses proies lorsqu'elle se trouve entre deux eaux, pour peu qu'ils se trouvent au dessus d'elle. Même si vous me direz que les zones roses de sa chevelure se voient comme le nez au milieu de la figure, mais cela, c'est une toute autre histoire! ceux qui se trouve sous elle pourront admirer une peau bien plus claire.
Entre les omoplates se trouve sa nageoire dorsale, que l'on voit de loin lorsqu'elle est sous l'eau, proche de la surface, on la remarque cependant beaucoup moins sur terre, pour cause, son épaisse chevelure la cache alors. Il est notable qu'elle est déchirée de si de là. 
Sa peau est lisse et douce, légèrement huileuse lorsqu'elle se trouve sur terre afin que la requinoise ne se dessèche pas comme un vieux pruneau. Pourtant, un bon observateur remarquera très facilement les nombreuses cicatrices qui la parsèment, preuve si besoin est qu'elle n'a pas toujours eu la vie facile.
Le corps de la jeune furry est harmonieux et offre au regard de jolies formes plus qu'appétissantes, qu'elle cache plus régulièrement, que ce soir par une veste ou sous un uniforme blanc d'infirmière.
Elle a les muscles solides, des bras terminé par de jolies mains ornées de petites griffes qu'elle aime à vernir.  quand à ses jambes, elles sont musclées, de longs muscles de coureurs de fond, s capable des plus vigoureuses étreintes. Lorsqu'elle est dans son élément, la requine plaque ses jambes contre sa nageoire caudale, ses bras le long de son corps, si bien qu'elle ressemble réellement à un monstre des mers.
Elle dispose d'un double système de respiration, lorsqu'elle est sous l'eau, ses branchies prennent le pas sur ses poumons, et inversement, pourtant, ses poumons sont moins performant, de fait, ses efforts sur terres lui sont plus coûteux en énergie.
Sa nageoire caudale se situe au bas du dos, solide et longue au point qu'elle doive sans cesse veiller à sa position. Près de ses fesses, deux nageoires pelviennes sont bien visibles sous l'eau, mais souvent cachées par sa chevelure une fois cette dernière sèche.

Votre mental


Le caractère de Scylla A beaucoup changé au cours des années. Plus jeune, il pouvait changer du tout au tout en peu de temps parfois... L'expression tomber de Charybde en Scylla lui collait à cette époque à la peau...
Lorsqu'elle était détendue et en confiance, elle se montrait adorable, de bonne conversation, souriante et joueuse. On découvrait alors la Scylla de ses tendres années, alors qu'elle vivait heureuse dans l'océan avec sa sœur Charybde.
Si, au contraire, elle avait des raisons de se méfier, son caractère changeait du tout au tout, elle devenait alors glaciale, taciturne, calculatrice et d'un ennui parfois mortel.
C'était à l'époque l'attitude qu'elle prenait toujours lors de ses parties de chasse, bien qu'elle appréciait aussi les repas offerts, elle n'en avait pas moins de forts instincts de prédatrice et chassait volontiers lorsqu'elle le pouvait.
Elle se montrait parfois d'un sadisme frôlant la folie lorsqu'elle tombait sur une proie appétissante qu'elle ne pouvait pas vaincre loyalement. Dans de tels cas elle n'hésitait pas à employer tout les tours pendables possibles et imaginables pour en venir à bout.
Cependant, cette époque est aujourd'hui révolue, même si parfois, lors de ses coups durs pour protéger les autres, il semble refaire surface légèrement. Notre requine a en effet beaucoup changé. Si elle est restée adorable, souriante, parfois joueuse, elle s'est découvert, ou plutôt, redécouvert, un instinct longtemps oublié: celui de protéger les autres.
Comme bien des chasseresses, elle se montre d'une patience d'ange, mais plus pour les même raisons, à présent, elle l'est pour veiller, pour soigner, pour apaiser ceux qui en ont besoin, c'est même ce qui fait qu'elle a réussit à gagner la confiance de bien du monde, malgré sa taille impressionnante et son passé que certains n'ont pas oubliés.

Votre histoire


Charybde et Scylla, deux jeunes requines jumelles, chose si rare dans leur espèce où le premier éclot dévore ses frères et sœurs sans la moindre pitié pour survivre dans l'utérus maternel... Pourtant, ces deux-là sont liées depuis toujours, avant même que l’œuf dont elles sont issues soit suffisamment gros que pour faire comprendre qu'il porterait non pas un, mais deux petits.

Deux petites issues d'un père marin, que leur mère avait un soir honoré de ses faveurs, un père dont elles ne connaissaient rien, mais qui leur avait légué un peu de lui, un peu de ce qu'il était, oh, ne cherchez pas un quelconque signe de ce métissage, vous chercheriez en vainc... Où peut être pas... Outre leurs yeux, elles ont gardés de lui la faculté de pouvoir vivre sur terre, comme bien d'autres furrys.

Les deux petites ont grandi ensemble, ne supportant que de façon limitée et très mal d'être séparées l'une de l'autre, quand bien même leurs goûts divergeaient sur bien des points. Là ou Scylla aimait le rose, sa sœur aimait le bleu, là ou Scylla était vive, Charybde était nonchalante, comme si les deux requines avaient étés les deux faces d'une même pièce.

Un jour de chasse comme les autres en apparence, la vie de Scylla changea du tout au tout, Charybde et elle s'étaient mises en compétition pour savoir laquelle des deux rapporterait le plus de proies.

Scylla avait fait un joli tableau de chasse et était fière d'elle, quand bien même elle aurait perdu face à sa sœur, il y avait là de quoi ne pas rougir. Pourtant, les heures passèrent sans que Charybde ne revienne, plus encore, peu après leur séparation, un sentiment sourd avait étreint le cœur de la furry, qu'elle avait mis sur le compte de la fatigue et tenté de refouler, mais il était de plus en plus fort, de plus en plus pressant...

Sans plus penser à leur jeu, Scylla parti en chasse, non plus d'une proie, mais de sa sœur. Elle eut beau chercher des heures entières, s'échiner à rechercher son odeur, rien n'y faisait, c'est comme si Charybde s'était volatilisée.

La nuit tombée, elle était repartie vers le lieu où elles vivaient toute deux avec leur vieille mère, non pas pour y pleurer, cela aurait été bien trop simple... Mais pour annoncer à la vieille requine qu'elle partait chercher sa sœur, qu'elle la ramènerait envers et contre tous.

C'est avec une bourse légère pour seul bagage qu'elle s'en était allée. Depuis lors, son chemin est semé de sang et de larmes... Combien de fois s'était-elle laissée prendre aux filets pour arracher à grand coup de mâchoires des informations aux infortunés pêcheurs qui l'avaient remontée ? Combien d'entre eux n'avaient pu donner la réponse qu'elle attendait et dont elle avait pris la vie pour les dévorer à moitié ? Elle avait cessé de les compter, leurs vies ne l’intéressait pas, la seule chose qui l’intéressait était de retrouver sa sœur jumelle, son autre elle dont le manque était si lourd qu'il agissait sur elle comme une faille dévorant tout ce qu'il y a de meilleurs pour ne laisser que les instincts les plus bas...

Les jours se muèrent en semaines, les semaines en mois, les mois en années, sans que les recherches de Scylla ne furent couronnées de succès, sans avoir pu trouver la moindre trace de cette sœur qui avait disparu, cette sœur qu'elle voulait plus que tout retrouver, pour éliminer ce manque qui la rongeait lentement, mais surement, la poussait à des débordements de plus en plus sanguinaires, de plus en plus monstrueux... Et pourtant, même le diable peut un jour connaitre la douceur de l'amitié.

Lors de ces années, elle fit rencontre d'une autre créature marine, plus grande et puissante qu'elle, mais au caractère infiniment doux, tant qu'elle n'avait pas de raisons d'être en colère tout au moins. De cette créature Scylla appris ce que c'était que d'être appréciée pour ce qu'elle était, ce que c'était que d'avoir, même l'espace d'un instant le bonheur d'avoir à ses côtés quelqu'un prêt à vous écouter, prêt à prendre soin de vous, prêt à vous aimer tel que vous êtes, tout simplement.

À cet être particulier, elle fit nombre de promesses, oubliant, l'espace d'un clin d’œil d'éternité, son désir de retrouver sa petite soeur, son désir aussi de sang, redevenant pacifique, mais vint le temps ou cet être du partir, c'est du moins ce qu'elle aurait dit pour se protéger... Mais c'était là folie, elle était partie elle-même de ce bonheur naissant pour continuer sa quête... Et pour quel résultat...

Après tant de temps passé à la chercher, tant de temps à espérer... Ses recherches finirent par payer, cependant, ce n'est pas sa sœur aimée qu'elle retrouva au terme de ses recherches, c'est cependant sur terre qu'elle se retrouva, dans la zone désignée x2. Ses pas la menèrent non loin d'une zone militaire, un lieu interdit... Un lieu ou pourtant, elle entra, puisque tout indiquait que sa sœur s'y trouvait, pourtant, elle ne trouva qu'une zone abandonnée, il n'y avait rien dans les bâtiments, si elle n'avait su grâce à ceux qui vivaient alentour que l'endroit avait été utilisé par certaines armées, jamais elle n'aurait pu y croire, tant les lieux semblaient vierges de toute vie... Et pourtant... C'est à l'autre bout de cette zone qu'elle trouva une preuve que la vie avait jadis été en ces lieux...

Cette preuve était un grand cimetière, 'habité', si l'on peut dire, de fort nombreuses tombes. Scylla eut besoin de plusieurs heures pour en lire les épitaphes lorsqu'il y en avait, le plus souvent, il s'agissait tout au plus du nom et prénom de la personne se trouvant dessous. Elle avait ce jour-là lu énormément de nom totalement inconnu, pourtant... Pourtant, lorsqu'elle vit celui qui l’intéressait, les larmes se mirent à couler, d'abord une première, bien seule, puis une seconde, les quelques larmes devinrent ruisseau sur ses joues, les ruisseaux se muèrent en rivières puis en torrents. Ainsi, la folie d'autres êtres vivants lui avaient pris cette part d'elle-même, sa meilleure part aurait-elle dit, l'avaient utilisée les dieux seuls savaient comment et pourquoi pour ensuite rompre le fil de sa vie.

Longtemps, la requinoise pleura sa moitié, assez longtemps pour que la tristesse finisse par céder la place à tout autre chose de bien moins noble, un sentiment de colère, puis la colère elle-même se mua en haine... Et la haine en rage. Ce qui suivit ? Scylla ne s'en souvient pas, mais d'autres s'en souviennent parfaitement. Prise d'une crise de folie destructrice, elle avait voulu retourner vers la mer qui l'avait vue naître, mordant au passage tout seul qui tentaient de l'arrêter, brisant les constructions qui l'entouraient de violents coups de nageoire, hurlant comme une damnée sur le chemin de l'enfer.

Cependant, si les citoyens lambdas ne pouvaient guère stopper cette force de la nature, ce ne fut pas le cas des forces de l'ordre. Dans un premier temps, l'usage de forces non-létales fut choisi, mais devant la furie de la furry, Roarland Yard dut se rendre à l'évidence, ou ils l'éliminaient, ou elle le ferait... Alors, aussi bien les mystiques que les combattants usèrent de tous les moyens pour l'arrêter, et c'est transpercée et blessée de toute part que la furry fut finalement maîtrisée.

Étrangement, malgré son accès de fureur, la furry n'avait tué personne au cours de sa cavalcade lente, certes, ceux qui l'avaient approchée étaient blessés, parfois gravement, mais aucun ne voyait son espérance de vie grandement diminuée, était ce volontaire ? Ou bien la période passée auprès de cet autre être cher à son cœur l'avait suffisamment changée que pour qu'elle ne prélève pas plus de vie qu'elle ne l'avait déjà fait ? En tous les cas, c'est en état grave qu'elle fut reçue par les meilleurs médecins.

Pendant plusieurs heures, ils durent œuvrer aussi bien avec leur savoir de la biologie que par la magie, les deux combinés eurent bien du mal à empêcher la jeune femelle de passer de l'autre côté du voile. Leur tâche terminée, elle fut placée dans une chambre spécialisée, et surveillée étroitement. De nouveau, le temps passa. D'abord, les jours, puis les semaines. Les semaines se muèrent en mois, les mois eux-mêmes finirent par laisser place aux années... Deux et demi très exactement. À son réveil, Scylla ne bougea pour ainsi dire pas, pour cause, son corps, ankylosé et affaiblit par le temps passé entre le monde des vivants et celui des morts l'avait considérablement affaiblit.

Lorsque l'on eut compris qu'elle était réveillée, Roarland Yard fut appelée, et un agent dépêché. Longtemps, il questionna la jeune requine qui, au grand dam de son interrogateur, n'avait guère de réponses à fournir, si elle se remémorait son nom et son prénom, elle ne se souvenait que de peu de choses de son passé, elle ne savait même pas ce qu'elle faisait là, dans cet hôpital.

Rendu à l'évidence, les charges furent levées, mais elle allait devoir rester sous surveillance, afin de s'assurer que ses mauvais instincts ne se réveillaient pas. Dans un premier temps, la jeune requine dut réapprendre à manger normalement, étrangement, suite à son coma, elle avait perdu toutes ses dents, aussi, les premiers repas furent-ils fait de bouillie. À cette époque, elle avait perdu plus de la moitié de son poids, autant dire qu'elle aurait pu, si elle avait été de taille plus modeste, passer entre l'affiche et le mur sans les décoller l'un de l'autre.

Puis, elle réapprit tant bien que mal à se mouvoir, d'abord les bras, puis les jambes, puis sa nageoire caudale, combien de temps cela lui prit-il ? Plus de six nouveaux mois, son corps semblait avoir tout oublié de ce qu'il était capable de faire, et affaiblit, ne voulait peut-être pas se réveiller, pourtant, grâce aux soins qui lui furent prodigués, peu à peu, Scylla put de nouveau marcher seule. Vint ensuite la rééducation à la nage, certains auraient rit bien fort en la voyant les premières fois qu'on l'a mise à l'eau... Un véritable caillou, pour un requin, ce n'était guère sérieux, elle ne savait plus comment nager, mais il faut croire que son corps lui s'en souvenait, une fois au fond, alors qu'elle commençait à suffoquer, son corps se mettait à bouger, lentement, lui permettant de remonter, de survivre...

À mesure que le temps passait, l'ancienne barbaresse reprenait des forces, pour preuve, elle avait retrouvé ses dents et ne faisait plus office de requin baleine ! Bientôt, elle put se promener seule dans les couloirs de ce qui servait d’hôpital, il y avait là bien des gens, beaucoup avaient peur d'elle de par sa taille, et il est vrai qu'avec sa maladresse des premiers temps, elle avait de quoi faire fuir, mais voilà, peu à peu autre chose prit le dessus.

Ce fut d'abord anodin, une parole gentille a qui avait peur la nuit, une collation déposée à qui avait faim... Alors qu'on aurait dû l'enguirlander, cela fut accueilli par les soigneurs comme un changement positif, qu'ils encouragèrent. Si ces quelques attentions furent les premières, rapidement, elle apprit ce qu'il fallait pour les aider réellement, comment soigner et panser les petites plaies, comment effectuer une injection, mais aussi, l'on commença à lui enseigner... La magie, il était certes bien tard pour cela, pourtant, autant son formateur que la furry se donnaient beaucoup de mal, l'un pour enseigner, l'autre pour acquérir, cette nouvelle faculté, tout en continuant à exercer les autres.

Combien de temps cela prit-il pour qu'elle sache ne serait-ce que refermer les égratignures ? Elle ne vous le dirait pas, par fierté, mais il lui fallut plus de quatre ans pour arriver à un résultat correct. Il en fallut quatre fois plus pour qu'elle sache refermer une plaie un peu plus importante, et encore dix de plus pour qu'elle puisse apaiser des douleurs plus fortes grâce à ses soins et la magie. Dans ce même temps, elle eut à suivre des cours de biologie avancée, ainsi que d'herboristerie, elle apprit à concocter divers remèdes et détecter diverses traces de maladies qu'elle pouvait déceler grâce à ses sens aiguisés.

Elle apprit aussi à prendre soin de cas particuliers, que ce fut les nourrissons ou les personnes très agées, et malgré ces difficultés, jamais son coté dur et mauvais ne refit surface, que du contraire, ils semblaient avoir totalement disparu, enfuis à jamais dans les méandres de sa mémoire défaillante.

Bien sûr, pendant toutes ces années, elle n'était pas ressortie de cet hôpital qui l'avait sauvée, Roarland Yard, rassurés de voir qu'elle avait changé à ce point, fini même par ne plus la surveiller comme la paria qu'elle était, après tout, tout le monde à droit à une seconde chance dans la vie, non ?

C'est à cette époque qu'elle commença à vouloir sortir, à vouloir découvrir ce monde qu'elle avait oublié, depuis plusieurs années, elle parlait d'une personne dehors, personne qu'elle voulait retrouver, personne a qui elle avait, disait-elle, promis de revenir un jour... Forte de ces connaissances nouvelles et de ce temps passé là, de ces sourires reçus par ceux qu'elle avait soigné, mais aussi des encouragements de ses différents formateurs, la requine décida d'explorer le monde, pour apporter à qui avait besoin les soins qu'ils ne pouvaient pas toujours trouver faute de connaissance.


Pouvoirs & Maîtrises




Capacités innées dues à sa génétique:



- Ouïe très développée: Ce sens comme d'autres chez la requinoise est très développé. Dans l'eau, son ouïe porte à plus d'un kilomètre, sur terre, sa portée est nettement réduite.



- Excellente vue: D'une nature prédatrice, elle dispose d'une très bonne vue, sans pour autant être nyctalope.



- Odorat sur-développé: Scylla peut repérer une odeur qui l’intéresse à très longue distance. Cet odorat lui permet en mer de repérer sans mal un être vivant blessé de très loin.



- Une sensibilité accrue aux champs magnétiques: Bien qu'elle n'ai jamais trop développé cette sensibilité, elle sait toujours où se situe le nord sans avoir besoin de sextant où d'observer les étoiles.



- Dents extrêmement aiguisées et au remplacement presque immédiat: Si l'on venait à casser une dent de la requinoise, une autre prendrait immédiatement sa place, il est à noter qu'elle possède non pas une mais deux rangées de dents particulièrement aiguisées.



- Capacité à percevoir le rythme cardiaque de ses vis à vis, assez étendue sous l'eau, cette capacité se trouve drastiquement restreinte sur terre.





Pouvoirs mineurs:



- Guérison: Disposant de pouvoirs limités dans l'art d'employer la mana pour refermer les plaies ou apaiser un organe ou un os blessé, Scylla dispose par contre d'une très bonne connaissance de la biologie générale ainsi que des principaux maux qui peuvent affliger un corps. Elle connait aussi les plantes afin de créer sans trop de peine des remèdes utilisés sur la durée pour guérir ceux qui en ont le besoin. (Disponible de base)



- Empathie: A soigner tant de gens différents, Scylla a fini par être capable de ressentir leurs souffrances les mieux cachée. Elle aurait pu faire choix de les exploiter pour blesser, mais tel n'était pas le cas, tout comme elle a appris à guérir, elle a aussi appris à utiliser ce don pour tenter de les soulager. (Requiert 50 points rp pour l'entrapercevoir, 100 pour le maîtriser totalement)



Pouvoir majeur:



- Grâce à sa vaste connaissance concernant les soins et son propre corps, mais aussi suite à de nombreuses expérimentations sur elle même, Scylla est aujourd'hui capable de régénérer ses membres comme elle le fait de ses dents, même si le rythme est infiniment plus lent et demande autant de repos que de nourriture et de patience. Elle peut l'appliquer à d'autre, cependant, le résultat n'en sera pas forcément aussi réussit que sur elle, puisqu'elle ne peut espérer appliquer un traitement sur un corps inconnu et obtenir d'aussi bons résultats que sur elle même. Il est cependant à noter que plus elle emploie ce pouvoir, plus la régénération du membre prendra du temps et la réussite moins évidente (sur un même corps!) (Requiert 250 points pour commencer à l'expérimenter, 400 pour le maîtriser sur elle-même, 500 pour une réussite partielle sur autrui, 650 pour une réussite totale)



Équipement & Divers



Outre ses tenues usuelles, elle transporte toujours avec elle sa tenue d'infirmière ainsi qu'une trousse de soin. Elle dispose aussi de mortiers et de pillons afin de pouvoir préparer divers médicaments à base de plante, une bonne quantité de bandage et quelques atèles au cas ou! 


Elle dispose aussi d'un sac étanche, pour ses longs trajets en mer, histoire de ne pas offrir à la vue de tous ce qu'elle est au sortir de l'eau.



© Code by Suzukihotaru
Revenir en haut Aller en bas
I'm a hybrid
Messages : 48
Date d'inscription : 31/01/2015
avatar
Kalika Yougkoff
MessageSujet: Re: Scylla Hnoss, l'infirmière à grandes dents (Terminée)   Sam 23 Jan - 19:48

Coucou Scylla, désoler du temps de validation nous somme pas mal occuper.

Commet toujours te lire est toujours un bonne lecture. 
Tu a le bon nombre de ligne.
 pouvoir bien décris, je te donne ma validation , un autre admin ou modo passera pour donner son avis rapidement et je te donnerais ta couleur encore rebienvenu cher les fou.


Revenir en haut Aller en bas
I'm a fur
Messages : 88
Date d'inscription : 26/09/2015
Age : 22
Métier : Chasseur
avatar
Klaus Kruzer
MessageSujet: Re: Scylla Hnoss, l'infirmière à grandes dents (Terminée)   Dim 24 Jan - 0:09

Tout est bon, j'espère que t’essaieras pas de me manger ^^" 

T'es validée!


Revenir en haut Aller en bas
 

Scylla Hnoss, l'infirmière à grandes dents (Terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comme vous avez de grandes dents!
» Oh ! Que j'ai de grandes dents. [Aaron Gault]
» Les Grandes Citations
» Li cacho-dent (casse-dents ou croquets aux amandes)
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fur Fiction  ::  :: Furry Validé-