AVRIL 2017. Merci de voter pour Fur ♥
Les inscriptions sont ouvertes pour tous !!! (Sauf pour les -18 ans).

Partagez | .
 

 HYWEL O'REN ♦ Les cavaliers de l'orage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: HYWEL O'REN ♦ Les cavaliers de l'orage   Ven 1 Juil - 21:01

HYWEL O'REN
« anarchiste aristocrate »
Carte d'identité

Nom : O'Ren
Prénom : Hywel
Alias : la Tempête
Âge : 20 ans

Sexe : Masculin
Race : Coyote
Sexualité : Aimer et c'est tout

Groupe : Les âmes sauvages
Rang : Solitaire
Derrière l'écran

Pseudo : Milwaukee
Sexe : Féminin
Âge : La majorité

Votre présence : Régulière, sauf absence
Source de votre avatar : "Cackledog" by kenket

Comment avez-vous connu le forum ? Top-site

Code  du règlement ? :
Votre physique

Allure soignée et noble? Très certainement monsieur...
Hywel est celui que l'on remarque pour les blessures, pas pour les pansements. Il n'est pas en train de faire attention à son apparence, ni en train de se tarauder pour savoir quoi porter demain... Hywel se vêtit d'après ses expériences, d'après la rudesse de chaque regard et chaque épreuve. Deux iris à la couleur de l'ambre, leur valeur chute parfois le temps d'une nuit... avant de récupérer une teinte des plus flamboyantes au levé du jour ! Sourcils froncés et yeux relevés par un sourire défiant, toute l'expression téméraire et vive de Hywel se loge dans son regard.
Il est peut-être bien ce que l'on distingue de lui en premier.

S'ensuit un museau long aux quelques poils noirs qui débordent à ça et là, indiquant son appartenance aux canidés. Le museau noir et crasseux, Hywel dispose de l'odorat que sa lignée lui a légué. Et hormis la touffe indomptable et rebelle qui forme sa chevelure jamais entretenue, des lunettes à la bordure cuivrée ornent son front, prêtes à être baissées au moindre grain de sable.

Petite particularité physique qui résulte de ses journées passées à l'état sauvage (mais surtout en compagnie d'autres malfrats ou la justice elle-même), l'on est en droit de citer les diverses cavités qui trouent le bout des oreilles de notre sujet. Suite à des querelles ou à des accidents, ce n'est plus vraiment le gros de ses soucis désormais. Outre son visage brillant de clarté et sali par l'effort, Hywel porte bien... des habits ! Eh oui. Même s'il semble étouffant, le foulard qui protège son collier robuste épouse convenablement sa couleur ocre.
Certains racontent que cet accessoire n'est là que pour cacher à la vue de tous des blessures gênantes. Hywel répliquera que ce n'est que pour protéger son museau lors des intempéries.

Passons à la suite !
Excepté les "instruments" dont nous avons parlé plus haut, Hywel est vraisemblablement équipé de ce qui s'apparente à l'habit d'un soldat de la toundra. Fréquemment hors des sentiers battus et de la civilisation, quand il chemine à nouveau les pavés de la ville on a réflexe à se demander pourquoi autant d'artifices sur lui. On le croit souvent revenu de l'autre bout de la planète. Portant un treillis digne des camps d'entrainement, des bottes solides à lacet de ranger et un haut ne laissant voir que les bras, c'est son armature qui tendance à donner son poids à Hywel lorsqu'il pose les pattes sur le tarmac.
Si une catastrophe englobait soudainement le monde d'Euclesia, Hywel serait sans doute un de ceux qui auraient le moins de mal à s'adapter...


Votre mental

Hywel est un être comme le vent sur terre, comme le sable sous les mers.
On aime admirer ses exploits, mais jamais vraiment on ne l'attrape. Il est là un jour, puis le lendemain on retrouve son lit complètement vide. Sa seule véritable amie, sa seule réelle attache demeure en le monde extérieur... Hywel est comme ça, à constamment être à la recherche de ce qu'il n'a pas sous les yeux. Sa pensée idéalise chaque chose, chaque personne, et il se complait à vivre dans un monde fantaisiste au travers de ses escapades explosives que lui accorde sa vie de coursier.
Aventurier au sang chaud et à la parole sincère (incisive?), son âme n'est jamais au même endroit. Il aime l'odeur de l'effort, se blesser durant les tâches les plus difficiles et mettre à rude épreuve son corps. "Les os sont faits pour être usés! Tu ne vis pas si tu ne profites pas de ce que la nature t'a donné..." Impudique et insolent, il n'est pas du genre à craindre de dévoiler sa stature irrégulière et abimée... Hywel pense comme quelqu'un qui n'a plus rien à perdre, comme quelqu'un qui n'a personne qui l'attend à la maison.
Car la maison de Hywel se trouve sur chaque parcelle de la terre.

Quelque peu relié à la pègre pour ce qu'il fait passer aux frontières, Hywel est cependant un furry sans promesses à qui on ne peut museler éternellement la mâchoire. On pourra lui demander ses raisons de faciliter le boulot à la mafia ou aux traitres: Hywel n'en a pas. Pour briser la routine, se mettre dans le pétrin, défier la vie simplement... Il a le gout du risque, enfant de la rue.
Toutefois apte à venir en aide à un parfait étranger, que ce soit à titre personnel ou altruiste d'ailleurs, cela lui a valu quelques différents avec une justice qui lui a demandé à plusieurs reprises "Pourquoi avoir fait ça? Cela ne te concernait pas.", ce à quoi le coyote répondit à chaque fois par un mystérieux sourire.

Il ne faut pas chercher de raison à l'amour.

Peut-être n'est-ce simplement qu'une façon de mettre à sac une loi avec laquelle il est en conflit depuis la petite enfance. Hywel aime les choses simples de la vie, fouler l'herbe sous ses pattes ou simplement s'asseoir après des heures de marche. C'est un païen à la langue qui sait être polie et bienveillante. Il fait attention aux détails, si bien qu'il serait capable de vous sortir une histoire vieille de dix ans que vous n'aviez pourtant que raconté au passage. Car s'il aime faire les choses à son rythme, être difficile à capter, Hywel a toujours une oreille qui traîne.

Profondément humaniste malgré sa tendance à la destruction et à la désobéissance des règles, si on donne l'occasion au furry de se mesurer aux gros bras de la justice, il le fera. Que ce soit par provocation ou pour contrer une réelle cause, Hywel a l'effronterie dans le sang. Il a difficile à se contrôler sur ses émotions, à brider les flambées de colère ou les instants de mélancolie. Il est un homme au cœur stimulé par le moindre changement, la moindre réponse, enchanté par l'imprévu. Son comportement est, et restera imprévisible. On lui reproche parfois sa mauvaise foi ou son apathie, mais cela ne dure jamais bien longtemps !

Votre histoire

-Môman, môman ! R'garde c'que j'ai trouvé pour toi !

Une paire de tentacules dégoulinante.

-Mon petit chéri...
-Ben quoi, ça se mange pas?


Il devait avoir sept ans, quelque part dans ces eaux-là. Et c'était des eaux bien profondes d'où Hywel revenait. Après être parti pêcher avec son paternel, ils étaient revenus tous les deux accompagnés d'une besace pleine de mollusques et de poissons en tout genre. Ce dont Hywel était extrêmement fier. Ce que son père avait vu comme un moyen de fuir la maladie de sa femme, Hywel l'avait perçu comme une chasse au trésor remplie d'or et de diamants. À ses yeux, la moindre pacotille brillait et lui renvoyait dans l’œil l'éclat de la vie. C'était quelque chose qui valait toutes les richesses du monde.

Maman tousse douloureusement, toute vitalité endormie.

-Si. Bien sûr que si. Tu pourras en faire de la bonne soupe, si tu veux.
-Oui ! On va faire ça avec pôpa. Pôpa, pôpa ! Viens voâr !


Le concerné arrive, la patte qui traine.

-Oui, oui.

Il n'a clairement aucune envie de côtoyer la peste.

-Mon amour... S'il te plait, supplie-t-elle.

Plus un souffle de réponse ne passa le seuil des lèvres du père.

*
**
*

C'était toujours comme ça. Depuis qu'ils avaient appris - seul le père était réellement au courant - que maman avait contracté une vieille maladie qu'on pensait disparue de la région, la bonne humeur et l'ambiance festive avait fichu le camp de la maison. Désormais, on entendait plus que le bois hurler sous chaque pas, les portes crier dès qu'on les forçait, et les couvercles des marmites faire leur tintement habituel quand on les sollicitait. Seuls les rires d'un enfant parvenaient à rendre sa couleur au foyer, lui rendre sa chaleur d'antan. Et Hywel, jeune enfant proche de la dizaine, était un garçon naïf, empli de gaieté et d'une force incontrôlable. Il était sauvage, intrépide, grimpait à chaque arbre et rapportait à la maison même les pires bestioles trouvées dans la terre. Le village aimait entendre ses cris d'enfant et l'admirer jouer à des jeux invisibles que lui seul voyait.
On n'essayait pas de brider son imagination qui était sa plus grande ressource.

Ce soir, il revint à la maison avec une chaussure en moins et un haut tailladé.
Sa face, toute hirsute, et ses poils étaient dans un bien triste état.

-Mais ! Tu es allé où comme ça?!
-Nulle part...


Papa détestait le mensonge.

-Je ne plaisante pas ! Dis-moi où tu t'es fait ça.

Et Hywel détestait mentir.

-Sur la plage. Y avait des brigands.

Papa lui fit longtemps la morale. En tant que pêcheur, venir provoquer des pirates n'avait rien d'élogieux. C'était même une pratique que les habitants avaient abandonné depuis bien longtemps. Ici, dans ce village, plus personne ne cherchait à résister aux mécréants et préférait laisser des biens pour assurer sa protection.
Hywel, dont la pensée créative n'avait pas été mesurée plus tôt, avait pu développer une mentalité différente. Il n'était pas d'accord, et avait levé les yeux quand on lui avait dit de rester à terre.

-Désolé, p'pa. Mais j'regrette rien. Regarde.

Hywel présenta le précieux matériel de pêche qu'il avait réussi à sauver.

-Fils...

Après ces évènements, l'île commença à connaître le vent du changement.
La Tempête était arrivée.

*
**
*

-Hywel, mon grand ! Veux-tu bien livrer ça pour moi?
-Sûr m'dame ! J'arrive tout d'suite m'dame !


Il avait grandit. Passé l'âge des seize ans, il avait obtenu auprès de chacun une réputation de coureur du vent et de baroudeur de la terre. Après la disparition de maman qui avait provoqué en lui une gouffre inconsolable, Hywel s'était rétabli auprès de la chaleur de ses congénères, partageant sa vie entre amitiés et découvertes. Son cœur, arraché à une présence irremplaçable, avait peu à peu été témoin de l'arrivée d'un baume puissant que l'on appelait la Vie. Papa trouva réconfort auprès de son fils qui dégageait une fureur de vivre contagieuse et inébranlable. Rien ne s'arrête, rien n'est éternel ! Les choses vont et viennent, parfois sans nous prévenir, mais c'est ainsi.
Et Hywel le comprit.

Le pas sûr et assuré, la terre tremblant sous lui et l'herbe caressant ses foulées, Hywel délivra son colis en temps et en heure, assez de temps en tout cas pour redresser ses fidèles lunettes d'aviateur. Ses plus beaux cadeaux ont toujours été ses sourires, sa force d'esprit.
Peut-être la candeur et la franchise des paroles y étaient aussi pour quelque chose.

Le vent continuait à souffler.
Une ombre se profilait.
.
.
.

-Je crois que je vais partir. Je veux dire... partir, pour de bon.

Toutes les lèvres se taisent, les chopes de bière cessent de claquer contre la table et les regards s'élèvent.

-Je vous aime, ce n'est pas ça le problème. Non... Ce que je veux, enfin, ce que j'ai toujours voulu, c'est prendre la mer. Découvrir. Partir. Peut-être ne jamais revenir. Voir de mes propres yeux à quoi ressemble la terre, autre part. J'ai envie de goûter de nouveaux plats, de sentir de nouvelles odeurs, de voir de nouveaux visages, d'apprendre de nouveaux mots. J'ai envie de courir au delà de cette île, de rencontrer le vent de l'ouest et de suivre l'envolée sauvage des oiseaux que j'admire depuis toujours.

C'est le bon choix. Hywel observe les paires d'yeux orientées vers lui, toutes grandes ouvertes comme des fruits du dragon. Il déglutit, serre la mâchoire et rapproche ses lunettes contre son cœur. Sa promesse. Mais il n'a pas l'intention de s'en tenir à ça. Il repense au jour où il a sauvé le matériel de son père, aux larmes qu'il a vu naître sur son visage.

Hywel mit du temps à comprendre que si papa avait versé des larmes ce jour-là, ce n'était pas pour avoir retrouvé son équipement de pêche, mais pour avoir vu son fils revenir.

- J'ai envie de... VIVRE !

Son regard s'illumine, son esprit s'enflamme.
Puis tout se tait.

...Aurait-il dû choisir un autre moment? Est-ce qu'il se trompe en pensant être capable de se débrouiller à un âge aussi jeune? Il en a vu d'autres. Non, tout est dit. Il ne reviendra pas en arrières. Ses arrières ne sont que les empreintes que son enfance a laissé dans le sol. Aujourd'hui, sa fougue et sa jeunesse sont ses portes d'entrée pour la vie, et il en est convaincu.
Pourtant, papa se lève en silence, toute expression éteinte, et s'approche de lui comme il ne l'avait jamais fait pendant ces dix-sept années.

"Enfin... Tu es enfin prêt."

Une étreinte. Un regard profondément clos comme s'il s'agissait d'une prière. Des mains qui se chevauchent, reconnaissent le contact d'un fils qui a autrefois été un enfant. Les cœurs s'emmêlent, s’entrelacent.

-Ta mère a toujours su que ce jour arriverait. Un peu avant de rejoindre les cieux, tu sais ce qu'elle m'a dit? Elle m'a dit que c'était parce qu'elle t'avait donné la vie qu'elle avait finir par en perdre la sienne. Elle a tout donné pour toi. Mon fils ! Jusqu'à sa propre vie...


"Tu es libre."

Et les cœurs éclatèrent.


*
**
*

Les jeux étaient faits.
Prenant le large vers l'aube, dirigeant la proue vers le lointain, Hywel jeta un regard sur son sac à dos, composé à partir de rien. Une gourde, des jumelles, des jeux de cordes, un couteau de chasse... De quoi couper court, dans tous les sens du terme. Le bruit des vagues l'accompagne, échoue contre la cale en bois et chante à ses trousses. Le soleil lui fait signe, réchauffe sa peau et gonfle sa détermination. Il était prêt.
Ses yeux se levèrent vers le ciel, suivant la traînée cotonneuse des nuages.

Hywel joint ses mains et ferma les yeux, offrant son premier sourire au monde dans un profond recueillement.

Pouvoirs & Maîtrises

Il ne possède rien.
Son imagination et sa plus grande force.

Peut-être que ses jambes et ses bras lui sauveront la vie, un jour.
Équipement & Divers

Ses fidèles lunettes par opposition des violentes tempêtes de sable. Et peut-être bien des ceintures d'explosifs. Puis quelques outils de poche bien pratiques, comme un couteau à petite lame accroché à sa jambe droite, une gourde coincée à sa taille, des patchs de soin rangés sur le poitrail, un gantelet, de la teinture d'iode,... Tout cela est configuré pour lui permettre un accès rapide et facile, et le sortir d'une impasse en cas de pépin.
Son équipement est pensé pour les longs parcours et pour résister à la difficulté du voyage.
© Code by Suzukihotaru
Revenir en haut Aller en bas
 

HYWEL O'REN ♦ Les cavaliers de l'orage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Harnachement pour les cavaliers du Rohan
» BD Sept Cavaliers
» Debout Cavaliers de Minas Tirith !
» Rassemblement des cavaliers.
» cavaliers du rohan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fur Fiction  ::  :: Furry Validé-