AVRIL 2017. Merci de voter pour Fur ♥
Les inscriptions sont ouvertes pour tous !!! (Sauf pour les -18 ans).

Partagez | .
 

 Le carnaval des animaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Le carnaval des animaux   Jeu 4 Aoû - 12:05

C'était effronté de sa part.
Se pointer aux festivités alors que sa bouille est peut-être fichée aux quatre coins du pays,
(remarque on n'est plus à ça près)
garantissant une arrestation immédiate si un poulet (un poulet !) l'aperçoit.

Hywel n'en avait cure. Apparemment... Il se disait franchement qu'en étant planqué derrière la foule et sans faire de vague, personne ne se rendrait compte de sa présence. Dans sa mémoire, il n'a encore rien commis sur les terres du Royaume Marbré qui mérite les barreaux.
Dans sa mémoire...
Il y a quelque chose que le public ne savait pas. Un Petit secret.

Aujourd'hui, et pour longtemps encore dans le coeur de ses habitants, on célébrait l'arrivée du changement. Son passage, bref et rapide comme la foulée du lièvre, avait de quoi rendre la joie à chaque esprit à peu près réceptif du Royaume Marbré. Pour chaque chose, on fêtait. Pour chaque naissance, on fêtait. C'était une foire qui s'étendait à ça et là du pays. C'était dans les moeurs de chacun, et personne ne se confondait en explications: tout était bon pour célébrer et sortir les boissons activités pétarades enfantillages et on en passe. C'était ça la belle vie.
Une odeur de richesse flottait et chatouillait ses naseaux. L'odeur des pièces qu'on fait tomber par terre ou qu'on joue en loterie. L'odeur de la paille fraîche et retournée. La couleur des sourires...

Tout le monde se déguise.
Non pas pour... cacher sa laideur. C'est en fait tout l'inverse. Embellir, faire des choses sans honte, jouer la face sous le masque immobile et intangible à la fois. Hywel porte sa seconde peau: c'est une sorte de réplique des masques de guérisseur des époques d'autrefois. Le bec long et mince qui menace de cracher son venin du soin... Une sacrée allure pour le coyote qui sourit derrière son voile.

"Maman, maman !"

(ah, un enfant)

-Il va y avoir quoi aprèèèès?

Un sourire éclaircit le visage du vagabond. Mais ce n'est pas l'enfant qui a donné naissance à cette expression. Tenez-le pour dit ! Il sait ce qui se cache derrière la question du bambin.

-Il va y avoir, il va y avoir... Oh ! Mon garçon (Garçon dont Hywel s'approche.), tu vas en prendre plein la vue. Le défilé t'attend...

Et comme pour soigner sa prestation, Hywel fait volte-face et rejoint les rangs reculés, disparaissant derrière la masse... Quelque chose comme ça. Aimer dissoudre le mystère comme ça, c'en était presque risible. Mais il aimait ça et n'aurait arrêté pour rien au monde. Pas même pour un défilé qu'il ne pouvait plus voir en étant en retrait de cette manière. Le défilé, il l'entendrait. Et peut-être même qu'il entendrait le gamin crier Ô joie depuis sa position. C'était sûr et certain.

-J'en reviens pas... De la barbe à papa ici? Seigneur. (Sa truffe se penche sur l'effluve enivrante de la sucrerie rose pale.) Allez... Ce n'est pas trop cher, dites?
-10 Barrils.
-Hein?


Attends.
Mais
(c'est bien trop cher)
...

Bruit de porte-monnaie refermé.
Deuxième volte-face.
Combien il lui en reste?

Hywel, déçu et manquant de trébucher sur les cocottes (ah celles-là !), finit par regagner les hauteurs. Son ciel à lui. C'est à dire précisément les tuiles des toitures du village. Là-haut, on voit tout. Même le moindre petit incident. Le public se souvient-il de la chose qu'il ne savait pas? Il est temps d'en reparler.
Dans les petites poches de notre ami à fourrure, il y a...

"De la poudre à canon !" s'écrit un maraicher.

Presque. Mais presque ! Sauf que l'exclamation était destinée... eh bien aux canons à festivités. Pas au Petit secret. Pour être tout à fait honnête avec celui qui lit ces bêtises, Hywel n'était pas là par pur innocence et intérêt pour la fête. Cela aurait pu. Sans doute était-ce le motif le plus récurrent qu'il prônait quand on le lui demandait. S'il était là... Disons que c'était à titre professionnel. Une course.
Mais ça personne ne devait savoir.
Il fallait trouver le commanditaire puis filer comme le vent.

Et quand ça ne fonctionnait pas tout à fait bien, qu'un gabarit un peu trop imposant fronçait les sourcils et doutait de quelque chose, Hywel répondait "Mais la fête enfin ! Profitons comme on profite de son premier anniversaire mon cher !" Et il disait ça avec un tel sourire de bonne foi, une si belle démarche et tirait ses poches naïvement même quand personne n'avait eu de soupçons à son égard. Il mettait en avant tous les aspects louches et dissimulés qu'il pouvait dégager et les tournait en dérision, quasi de manière théâtrale. Plus personne n'osait le croire Acteur du Mal après ça. Paradoxalement...

-Ooooh tiens tiens tiens. (Il plisse les yeux comme un rapace prêt à fondre sur sa future proie.) Que vois-je... Serait-ce notre équipe nationale de FurBall? Comment dire... Ah. Qui sont-ils. Il y en a plusieurs. "Que font-ils ici?"

Hywel ne pensait clairement pas qu'on aurait pu joindre célébration du solstice d'été et sport mondial à la fois. Les deux petites cavités de son masque ne lui permettent que d'entourer un visage à la fois. On dirait des jumelles, cette comparaison l'amuse. Peut-être voit-il mieux, ou que sa vue se concentre davantage sur la seule image qui lui est révélée. Et parmi la file de joueurs musclés comme des dieux de la mythologie, Hywel découvre des figures sportives qu'il n'avait pas eu le loisir de voir avant Ce jour-là. Le jour des Cocottes. Grand évènement sinon un rassemblement de furrys venant des quatre coins du monde (et cette idée le ravi au plus haut point).
Des gamins affluent en abondance, carnet et stylo à la patte ou cri de folie en direction des stars les plus cotées. Des joyeux lurons qui ne quémandent que l'attention de leurs célébrités favorites. En somme, Hywel s'interroge. Il n'a aucune relation dans le milieu sportif, son travail ne lui a jamais fait côtoyer une personnalité de la sorte.
Un silence psychologique se suit dans sa tête. Le bruit environnant ne s'est pas arrêté, mais sa pensée freine sur quelque chose.

Parallèlement, sa dextre se glisse dans sa poche
et toute son attention se targue sur le minuscule sachet opaque qui promène entre ses griffes impatientes.
Revenir en haut Aller en bas
I'm a fur
Messages : 13
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 22
Métier : Athlète de Furball
Votre réputation à Euclésia : Bonne marqueuse de but|attrapeuse de glob
avatar
Rooki Anahem
MessageSujet: Re: Le carnaval des animaux   Ven 5 Aoû - 9:46

C'était un mercredi plutôt endiablé, selon moi. Ce n'était pas la première fois que je venais à un festival aux cocottes, mais là avec mon équipe, c'était tout qu'une histoire... D'une manière ou d'une autre fallais que je m'en détache pour la journée et peut-être l'autre d'après. On avait l'air d'un troupeau avec son berger monsieur le coach, dans nos habillements sportifs respectifs. 
  
J'étais nouvelle aussi et j'étais du genre à passer inaperçu dans le gang de mâle qui ne voulait qu'attirer regards sur leurs egos. J'en étais contente, car je pouvais tranquillement aller remplir ma gourde d'un bon vin du sud-ouest et le déguster sans que personne ne me remarque... Je restai là à remplir quelques autographes. Pour vous dire, je n'étais pas à plaindre, car en général, toute mon équipe était là pour me protéger si sur le terrain bien entendue, j'avais des problèmes. ils utilisent toutes leurrent atouts pour me voir encore en vie. C'est un peu leurs buts aussi, que je fasse un but ! Entre deux autographes je passai entre un lion tenant sa fille sur les épaules et je ne parlerai même pas du zèbre avec la peinture rouge sur le corps. J'aimais beaucoup la figure masculine que je dégageais, mais malheur de malheur... en marchant dans la foule et en buvant dans ma gourde l'esprit libre, j'étais maintenant parmi les Furzy ballers, je peux avouer que ma virilité disparue d'un coup et toute sifflotante je passai encore une fois entre les regards . 
  
L'idée de faire un mauvais coup et de changer quelque lettre sur leurs bannières me passa l'esprit, mais je n'étais pas mauvaise perdante et en sois, m'attirer les foudres d'une équipe entière dans une journée de festivité... Je passai mon chemin. L'idée d'avoir une merveilleuse vue sur ce cirque, fut plus agréable... En quelque seconde je trouvai un endroit pour monter agilement sur le toit sans dommage et sans trop attiré l'attention. Je me retrouvais seul avec une gourde pleine qui mériterait vraiment d'être partagé. J'étais en quelque sorte légèrement pompette à cent pour cent, quotidiennement. C'était mon carburant. Je peux même dire que je préfère le Syhra lorsque je m'entraîne.  
  
Bon je dois avouer que ce n'est peut-être pas l'idée la plus brillante, mais je décide quand même que ma soirée allait être agrémentée d'une meilleure vue. Je fis une rapide analyse des toits et environ toute en me fient au toit qui conviendrait mieux pour regarder le ciel et du coup le festival. En quelques minutes je réussis à atteindre mon but, je devais maintenant grimper. Quelle chance que la meilleure manière de grimper soit de la face contraire du festival. Au moins j'évite vraiment les regards. 
  
Arrivé en haut je pouvais constater de mes propres yeux une réelle merveille de lumière. Du haut de mon perchoir, il y avait de la place pour cinq personnes environ et c'était assez dangereux pour mourir d'une chute mortelle. Qu'elle curieux oserait mettre les pattes ici. De loin on voit tout, mais de là où j'étais perché, je voyais quelqu'un qui comme moi faisait de la tuile en tuile... Je me dis qu'être sociable serait surement plaisant sur un toit. À qui peut-on avoir affaire sur un toit ? 
 
-Psss... 
 
-...
 
- Hey ! Ici !
 
Je fis un petit bruit de victoire lorsque je réussis à captiver l'attention de mon hôte qui était encore à une bonne distance. Je pouvais voir un peu de réticence. mais quand même. Je fus un peu déçu lorsque je remarqua que l'hôte en question ne ce dirigeai pas vers moi et m'ignorais en quelque sorte...   
  
- Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois... 
 
Je ne pus m'empêcher de penser à cette réflexion, car dans la vie, étudier vaut mieux qu'ignorer. Voilà ! Je n'avais même pas besoin d'un livre pour apprendre. Je décidai après une grosse lappée de vin, de me coucher sur le dos et d'observer les étoiles toutes en sifflote un air qui jouait en contrebas... je ne me rappelle pas combien de temps environ j'avais passé là. Tous mes sens se mirent en alerte lorsque j'entendis quelqu'un qui était en train d'escalader à le même endroit que moi. Sur le coup, j'avais failli tombé en bas. Mais je restai la couché espérant que se sois quelqu'un de pas trop envahissant sur l'alcool.
   
- Allo ?
 
Dis-je d'une voix plutôt féminine avec un brin d'hésitation...
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le carnaval des animaux   Mar 9 Aoû - 18:17

Hywel ne serait pas resté là s'il avait su qu'il n'était pas seul.
En tout cas... Peut-être pas. Mais ce qu'il entendit marqua un frein sur ses pensées. Car il ne pouvait pas penser (méditer) si quelqu'un d'autre était là. Avec lui. Près de lui. Ici.

Et c'était ce qui se passait. Il y avait quelqu'un.

Son regard caramel se posa sur le corps allongé à proximité de lui. L'air assez quiet, mais tout de même alerté, ce dernier s'était redressé sous l'arrivée du coyote - sans doute. Coyote qui haussa ses sourcils sous... sous quoi, d'ailleurs? Était-il plus dérangeant de déranger, ou d'être dérangé?
Dans son cas, il s'agissait plus de la première issue. Pour cette fois-là... et comme il ne faisait rien de particulièrement privé... il dérangeait. Et pas l'inverse. Mais son expression surprise se métamorphosa tranquillement en quelque chose de plus détendu et plus serein sous une interjection qui allait le tirer de ses songes.

- Allo ? lança le corps allongé.

"Ici la terre, on vous écoute ! Où êtes-vous? Nous sommes prêts à larguer !"
"Une voix cherche à entrer en contact avec vous, semble-t-il."
"Souhaitez-vous y répondre? Cela parait être une sage décision."

.
.
.
N'est-ce pas?

Les mots se bousculent, cherchent un ordre. Hywel demande à tout ce beau monde de se calmer: il y a quelque chose à répondre, en effet. Le Allo avait roulé sous le timbre d'une voix féminine. Un peu timide, cependant. Mais plutôt que du langage en premier, Hywel glissa sa patte dans une des nombreuses poches de son treillis... et en sorti... une mandarine !
Un fruit.
Le meilleur cadeau de bienvenue que l'on puisse avoir sur soi. Un souvenir lointain... enveloppé sous une fine pellicule orange comme les jouets de notre enfance.

-Je me croyais seul. Mais tu es là !
(oui elle est là, et je vais lui faire cadeau de ça)

Petite particularité du furry qu'était de s'adresser à quiconque comme d'à un frère. Avec familiarité et sans formalité. Pour Hywel, c'était une manière de rassembler le monde autour de lui. Une façon d'harmoniser les esprits, d'aller au delà de ce qu'était la frontière de l'inconnu. Et si une personne assistait à la scène, sans savoir de quoi il en retournait, elle aurait pu croire que les deux bipèdes se connaissaient depuis longtemps.
La plupart du temps ce genre d'actions était réceptionné par deux sortes de réactions. La première était la fuite, et la deuxième était toujours une insulte du style "Mais il est barge celui-là?"
Parfois, c'était même les deux.

Pour autant, à aucun moment on ne l'entendait dire qu'il connaissait personnellement son interlocuteur. Ainsi personne ne pouvait l'accuser d'avoir dit.
Encore un stratagème déguisé pour rouler tout le monde.

-Tiens, regarde ce que je t'ai apporté. (Le fruit rond vole jusqu'à rouler près du flanc de la demoiselle.) Régale-toi. C'est un peu éreintant, tout ce monde, non?

Puis il effleure sa truffe du bout de sa patte. À aucun moment il ne doute que son client puisse être la personne en face de lui. Ni que cette personne détient une certaine notoriété auprès des médias. Pour le coup, Hywel était le gars le moins informé de l'état du monde, au monde. C'était peut-être problématique, mais l'ignorance était, à son goût, ce qui lui permettait de profiter au mieux de la vie. Car un jeune qui ne sait rien a tout à apprendre, mais celui qui sait déjà tout n'a plus de raison de vivre.

-Excuse-moi, rappelle-moi ton prénom? Ou peut-être que tu n'en as pas.

Et plutôt que d'attendre une réponse, Hywel alla creuser lui-même un peu plus profondément la surface de la matière.
Il prit donc place aux côtés de son interlocuteur au poil... éclatant. Orange... (Exactement comme la couleur des mandarines) Et d'un bleu électrique foudroyant. (Woh c'est vraiment une bonne idée de m'asseoir si près?) C'est dire... Une petite touffe de poils couleur cyan occupait l'espace entre ses oreilles bien tendues. (Est-ce qu'elle entend mieux comme ça? Faudrait que je me refasse la coupe un jour...) Le corps athlétique et svelte de la furry n'avait pas échappé au regard du coursier non plus. (Avec ça tu n'as aucun mal à grimper les pics les plus vertigineux ! Je t'envie un peu)

Pendant qu'il épluchait les questions inutiles qui s'entassaient comme trois couches de ciment dans sa tête, Hywel attendait impatiemment de pouvoir rencontrer les yeux de son tout nouveau sujet de réflexions.
Revenir en haut Aller en bas
I'm a fur
Messages : 13
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 22
Métier : Athlète de Furball
Votre réputation à Euclésia : Bonne marqueuse de but|attrapeuse de glob
avatar
Rooki Anahem
MessageSujet: Re: Le carnaval des animaux   Lun 15 Aoû - 6:42

Comment expliquer la sensation que je ressentais. Un mélange de stress et d'intrigue qui me forçait à m'imaginer toutes sortes de scènes. Un peu comme lorsque j'étais sur le terrain, toujours sur le qui vive à savoir si j'allais mourir aujourd'hui ou non. Une sensation très familière quoi ! Je me demandais surtout si c'était Kristen qui venait me voir. Un mâle dans mon équipe....
  
- Pfff... Je me fais des idées...
  
Je m'imaginai même un monstre voulant ma petite peau de renarde... l'idée me fît sourire, mais lorsque je remarquai enfin qui était la personne qui montait, L'idée d'un militaire m'apparut instantanément en tête. Est-ce que je venais de me faire pincer ? Wow ! J'allais passer pourquoi maintenant ?
  
-Je me croyais seul. Mais tu es là ! 
  
Oui j'étais là ! C'était de mauvais augure pour moi. comment allais-je expliquer le fait que j'étais là, coucher sur un toi ? '' Hello, je suis une athlète et je prend du bon temps.'' j'aurais vraiment eue l'aire cinglée, non ? En quelque seconde, un paquet de scénario m'apparus en tête toute une plus déplaisante que l'autre. Jusqu'au moment où
  
-Tiens, regarde ce que je t'ai apporté. (un fruit rond roula jusqu'à mon flanc  droit.) Régale-toi. C'est un peu éreintant, tout ce monde, non ?
  
Je décida de m'asseoir en prenant le fruit dans mes mains, c'était une mandarine, toute fraiche, toute mure et elle avait l'air super bonne, alors j'y prie une bouchée et tranquillement la mangea. Drôle de cadeau de bonsoir, mais toute de même... je le regardai et je répondis. 
  
- Je suis d'accord avec toi, j'aime beaucoup la tranquiliter. Voilà pourquoi je me retrouve assise ici...
  
Je priais tous les dieux pour que ce ne soit pas un officier milicien qui venait me sermonné...
  
-Excuse-moi, rappelle-moi ton prénom? Ou peut-être que tu n'en as pas ?
  
Non non non non ! J'étais sur et certaine d'être devant un agent de la paix... alors je le regarda non chalande, venir prendre place juste à côté de moi. On avait une splendide vue à partir d'ici. On pouvait voir les gens fourmilier au festival plus bas et prendre part aux festivités. Je regarda le nouveau venu et je lui répondis simplement
  
- Moi c'est Rooki et toi ?
  
Il était mignon le coyote. Il avait l'air de sortir tout droit  d'un livre de la guerre, mais ce n'était que superficiel. Il avait aussi l'air d'avoir un grand coeur. Finalement, peut-être que je ne serais pas déçus ? 
  
Je finis la mandarine assez rapidement, laissant le noyau dans mon habit de sport...  Je rejeta un oeil sur l'inconnu, il avait l'air de vouloir prendre son temps. Je sentais quand même une petite tension dans l'air, en quelque seconde je comprend qu'elle vien de moi. Je laisse évacuer mon stress attendant patiemment la réponse de mon hôte..
 
- Tu aime le vin ?
 
Dis-je en lui tendant ma bouteille presque pleine... Fallait que je brise la glace !



j'aimerais bien m'barrer en pleine nuit, rejoindre quelqu'un et rester dehors a parler de tout, de rien, à rire jusqu'à voir le soleil s'lever
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le carnaval des animaux   Mer 17 Aoû - 11:57

Elle eut l'air surprise par son apparence.
(quoi j'ai un truc coincé entre les crocs?)

Mais pas tout à fait...

C'est vrai que sa dégaine avait tendance à lui rappeler le poids de ses - rares - responsabilités. Que... pour pouvoir traverser le champ de bataille en toute sécurité... il fallait être capable d'encaisser et de contrer sous n'importe quelle situation. Ce n'était pas pour la frime, toutes ces poches sur le pantalon et la veste, toutes ces cachettes fourbes dissimulées à l'arrière et au devant. Il y avait quoi? Des amorceurs, de la teinture d'iode, quelques mouchards, de la nourriture de poche, des batteries de lumière,... et même une clé à molette. Autant de choses qui faisaient autant son poids. Mais pas que: on trouvait aussi des trucs stupides amassés à droite à gauche comme des vieux prospectus, des souvenirs de ses rencontres, un bâton de réglisse, les miettes de son repas d'il y a six mois au fond de ses poches, du...

On ne pouvait pas dire qu'il était réellement comblé avec autant de broutilles sur lui.
Que s'il était possible de tout avoir, Hywel aurait surement été celui qui n'avait rien.

Pourtant le gaillard avait quand même trouvé la place pour planquer ses mandarines.

Hywel savait qu'en agissant d'une manière aussi insolente et prompte, il romprait le silence. Le silence... c'était une chose qu'il aimait ! mais qui n'était pas toujours réciproque.

La sportive eut l'air d'apprécier son cadeau sucré quoiqu'il en soit.

- Je suis d'accord avec toi, j'aime beaucoup la tranquillité. Voilà pourquoi je me retrouve assise ici... Moi c'est Rooki et toi ?

Rooki, Rooki... Diable ! Cela avait une consonance mignonne à ses oreilles, tout en baignant dans quelque chose qui s'apparentait à la brutalité du terrain. (quand on a des abdos pareils) (et pour une fille en plus !) (non, fille ou garçon...) (quelle différence?) Hywel ferait l'effort de retenir ces deux syllabes le temps d'un échange. Peut-être plus, si la chose marquerait son esprit. Il n'a pas vraiment la mémoire des têtes, des prénoms, de la voix... Enfin, disons que ce sont surtout des choses qui lui reviennent en mémoire à des moments totalement lambdas, et sans qu'il ne se rappelle à qui peut bien appartenir, ce museau, cette couleur, l'objet.
C'est peut-être un moyen de ne jamais se laisser rattraper par le passé.

Il en oubli même de répondre à la question de Rooki...

- Tu aimes le vin ?

...parce qu'il y en avait déjà une autre !

"C'est une rapide, la Rooki." Ses sourcils orientés vers le haut, Hywel contemple ce qui s'apparentait à une proposition de beuverie. Charmé par le caractère soudain franc de la renarde, il s'autorise à prendre le récipient à bibine, comme s'il jaugeait de sa future réponse selon son aspect et l'odeur qu'il dégagerait. Pour être honnête, sa truffe n'était pas aiguisée comme sa descendance aurait pu le faire croire, mais il avait l'oeil pour détecter les choses bonnes pour lui. Boissons comprises !

-Ola... Je ne suis pas sûr que ça soit raisonnable... (Lui, parler de raison) (Ha !) (Mais c'est qu'il se souvient que dans sa poche attend d'être livré un petit quelque chose, et qu'il n'est pas certain d'être encore en mesure de trouver son client s'il s'enfonce dans les plaisirs gustatifs) (Il ne réfléchit pas bien longtemps cela dit) Il a l'air bon, tu sais. La bouteille est pleine.

Mandarine = vin !
Bah... Ils étaient sur le toit. Et même si ça pouvait paraître bien naïf de sa part, il ne voyait pas ce qu'il pouvait craindre durant un festival comme celui qui se déroulait au pied du bâtiment sur lequel ils étaient, ni ce qu'il avait à perdre. C'était clair comme de l'eau de roche. Il ne voyait pas le mal. Il ne l'avait jamais vu.
Débouchant d'un coup de pouce bien placé la bouteille, quelques centilitres du liquide carmin eurent tôt fait de faire plongeon dans le gosier du coyote après un Santé ! tout ce qu'il y a de plus traditionnel et sincère.
Puis d'un petit coup de revers de patte, se refait la face, et tend la boisson vers son propriétaire.

-À la tienne ma sœur ! Complète le pacte de l'amitié avec moi !

Un sourire d'enfant tire ses commissures, le regard éclatant.

- Je suis Hywel, ravi de faire ta connaissance !
Revenir en haut Aller en bas
I'm a fur
Messages : 13
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 22
Métier : Athlète de Furball
Votre réputation à Euclésia : Bonne marqueuse de but|attrapeuse de glob
avatar
Rooki Anahem
MessageSujet: Re: Le carnaval des animaux   Lun 29 Aoû - 7:06

Hywel avait du coeur, un certain charme avec une petite touche de joie. Quoique de profil c'était tout le contraire, rien ne mettait en valeur se charme et cette joie... mais la vie m'avait appris à ne pas juger, selon l'apparence et de se baser plutôt sur la première " rencontre verbale " qui était toujours la plus importante. C'est elle qui juge si l'entendement vaut la peine. Et même si on ne se connaissait que depuis quelques minutes, je peux vous avouer que j'aimais déjà Hywel pour son côté mystérieux et méticuleux... il était plutôt amical !
 
-À la tienne ma sœur ! Complète le pacte de l'amitié avec-moi !
  
La bouteille revenait déjà vers moi... C'est là qu'on pouvait vraiment voir les qualités d'une personne. Qui est profiteur et qui ne l'est pas ?
 
 - À ce merveilleux jour ! 
 
Dis-je en reprenant ma bouteille et en la buvant comme si c'était un petit jus sucré qui se Boie en quelques secondes... 
 
- Je suis Hywel, ravi de faire ta connaissance ! 
 
Habituellement, j'avais le réflexe de serrer la patte ou encore de me la jouer un peu misandre... et de serrer le poing et de se les cognées un contre l'autre, mais je trouvais c'était trop déplacé pour le moment, alors je lui sourie paisiblement et je répondis simplement
 
- Et de même, je suis enchantée de faire ta connaissance Hywel !
 
Peut-être qu'une petite visite guidée des toits ou des environ serait sympa. J'avais presque tout mon temps quoi ! Fallait juste pas que je me fasse voir par un membre de mon équipe ou encore pire, mon coach ! Ce serait la guerre et la mort assurée pour moi ! Je devais rester au kiosque pour signer des autographes et faire de la publicité. Sympa, non ?
 
Non ! C'était pour cette raison que j'étais là, maintenant avec Hywel. Mine de rien, l'envie me démangeait de lui demander que contenait tout son bagage de poche et pochettes. Le problème était que je ne connaissais pas encore très bien Hywel, sauf son bon goût pour le vin... Alors, je me contentais d'une toute petite question bien simple qui ne devrait pas trop faire chier comme on dit.
 
- Dit moi, tu viens du coin ?
 
 Pauvre question attendent la riche réponse. Que je suis nulle ! Pas pour rien que maintenant je passe ma vie à taper dans un ballon, je me décourage parfois. Les questions idiotes s'enchaînent et finisse par déballer. Haaa, une chance que Hywel n'est pas dans ma tête, il me traiterait de folle assurée.
*:
 



j'aimerais bien m'barrer en pleine nuit, rejoindre quelqu'un et rester dehors a parler de tout, de rien, à rire jusqu'à voir le soleil s'lever
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le carnaval des animaux   Lun 5 Sep - 17:51

Spoiler:
 


- À ce merveilleux jour ! Et de même, je suis enchantée de faire ta connaissance Hywel !

Elle était ravie de faire sa connaissance.
(vrai qu'elle est ravie? oh sûr de sûr) (je le suis tout autant) (ah qu'il est bon ce vin)
Puisqu'elle répondit par une gorgée à son tour, l'air commença à se dilater un peu autour de lui, de eux, comme quand une bonne boisson embaume l'esprit par un voile de bien-être. C'était ça la fête tranquille. Quelque chose que Hywel pouvait aimer profondément... c'était le partage entre deux inconnus. Magnifique, éphémère, puissant. Un instant qui aurait valu des heures, des jours, des semaines. Toute une vie.

Une raison suffisante pour le pousser à retarder une commande.
Comme maintenant.

- Dis-moi, tu viens du coin ?

La question suffit à tirer ses pattes du pays des nuages. La tête dans la lune... toute sortie. Retour sur terre. Quelques secondes. Pas plus. Après, une nouvelle gorgée. C'est le moment d'en profiter.

Le sourire décroché, lentement, Hywel pensait à la question, avant de penser à sa réponse. Venir du coin ou de loin, qu'est-ce que ça voulait dire? Sous-entendait-elle que venir de loin, c'était venir d'une autre planète? Ou qu'être du coin était de provenir de la ville d'à côté? Ou de la mer peut-être? (elle est en face, ses vagues s'échouent sur le sable chaud) Ou parlait-elle d'un lieu inconnu au nom jamais prononcé, mystérieux, quelque chose de pas encore découvert? ..."Loin" était hors de portée. Si bien que le coyote attrapa son menton de sa patte droite, l'air songeur. Vaguement: son petit cerveau se mettait progressivement en mode veille.

Vingt-mille lieues sous les mers. Qu'il eut été tenté de répondre ça.

Car Rooki le faisait se replonger dans ses souvenirs. Un autre voyage.

-Une sorte de paradis, je crois. Avec de l'eau salée tout autour. Des poissons, aussi. Tu permets? (reprendre une gorgée) Je ne suis pas sûr d'où ça se trouve, maintenant que j'y pense. Si j'en suis éloigné, ou pas. La maison c'est pas toujours la porte à côté. Encore un peu?

Il savait qu'il était évasif, qu'il ne répondait à rien. Hywel était de ce genre-là, à répondre par les questions. Il préférait que ce soit les autres qui parlent d'eux-mêmes. Pour Hywel qui vivait au présent et remplaçait une journée par la suivante, lui demander d'où il venait était lui rappeler qu'il a un jour pris le large pour le vaste océan. Qu'avant tout ça, il y a eut quelque chose. Retour aux sources pour le bipède.

-Mais tu sais, c'est exactement ça.
C'est ce genre de moment que je partage avec quelqu'un, qui me permet de me sentir comme chez moi.


Avoir un endroit où se poser, c'était aussi une possibilité de liberté pour les oiseaux. Pour n'importe qui.
À nouveau, l'expression solaire et candide du furry reparut. (encore un peu? il en reste sers-toi) Babines humides, la truffe rouge comme celui qui est enrhumé. Rouge passionné, rouge de bonheur. Plaisir mêlé à la douceur.

-Et toi? Quelles sont tes raisons d'arpenter les toits du monde? Tu fuis quelqu'un ou les responsabilités?...

Haha ! Je plaisante.


Mais secrètement,
Hywel pensait qu'il ne plaisantait pas.
Revenir en haut Aller en bas
 

Le carnaval des animaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Carnaval 2007 de Jacmel, une réussite
» Abolir ou rentabiliser le Carnaval en Haiti?
» Ce que les gens pensent du Carnaval et la question de l'insécurité au pays
» les animaux insolites
» 80 millions de gourdes pour la réalisation du carnaval

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fur Fiction  :: Les Cocottes-