AVRIL 2017. Merci de voter pour Fur ♥
Les inscriptions sont ouvertes pour tous !!! (Sauf pour les -18 ans).

Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | .
 

 Candidature d'Hetzer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarHetzer
MessageSujet: Candidature d'Hetzer   Lun 15 Aoû - 22:05

Pseudo : Hetzer
Email :
Sexe : Masculin
Age : 26 ans



Présentez vous : Une question à la fois simple et compliquée. Dans la vie, je suis quelqu'un plutôt réservé, voir même un peu « sauvage ». Par contre, avec mes amis, ce sera à la vie à la mort !
Je suis un grand amateur de PC et de jeux vidéo mais je suis aussi un passionné d'histoire, d'archéologie et de mécanique !
En clair, si c'est vieux, si c'est plein de poussière, si c'est plein d'huile ou si ça pétarade, ça m'intéresse ! J'ai une sale tendance à tout garder et tout collectionner. Je fonctionne beaucoup au coup de cœur.
J'aime inventer, imaginer, me perdre dans mes pensées. Je dois parfois passer pour le rêveur de service... Tout naturellement, j'aime le rp et les jeux de rôle (papier ou autres). Malheureusement, je ne peux pas toujours y consacrer tout le temps que j'aimerais... J'aime autant écrire un rp que lire celui des autres ! Donc je ne suis pas toujours hyperactif en écriture, loin de là, mais je suis parfois un membre « sous marin ». Quand je n'ai pas l'inspiration, je lis les sujets des autres et ça me plaît tout autant !

Comment avez vous connu Fur Fiction ?

Je suis sur quelques forums aux univers très variés et je cherchais un forum rp de furry. Mine de rien, les bons forums, ça ne court pas les rues ! Puis ce forum a attiré mon attention et donc me voilà !

Pourquoi vous souhaitez nous rejoindre ?

C'est un peu par hasard que je me suis découvert un intérêt pour les furrys. C'est marrant, quelquefois, on se dit « je dois être tout seul à aimer ça, zut, je suis pas un mec normal ! » Et en fait, on découvre que l'on est pas tout seul, loin de là ! D'une certaine façon, ça rassure ! On apprécie toujours de partager sa passion avec d'autres amateurs comme nous. J'aimerais faire de même autour du thème des furrys !
Et le steampunk c'est la cerise sur le gâteau ! Avec ma passion pour « l'ancien », le steampunk je connais aussi. J'aime faire de la récup et fabriquer des objets usuels à l'allure steampunk. Pour l'exemple, j'ai récupéré un vieux phare à acétylène de tacot en cuivre (le truc magnifique qui doit avoir un siècle). Je cherche à le transformer en lampe de bureau steampunk.

Un test RP :


Je vous vois mais vous, vous ne m'avez jamais vu... Laissez-moi vous conter une petite histoire.


«L'albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents co
mpagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers. »



Mais en 1916, l'Albatros ne désignait plus l'oiseau comique et laid de Baudelaire... Une ossature en bois, une peau membraneuse en toile et un cœur crachotant constituait alors la majorité de ces engins volants. Pas de parachute, le pilote restait avec sa monture jusqu'au bout... Avec l'arrivée de la guerre, les pilotes chevronnés furent contraint de composer avec les balles...

Une nuit sans lune a engloutit le champ de bataille. Un silence de mort règne, uniquement troublé par un ronronnement rauque et régulier. L'Albatros longe les lignes Françaises, narguant les hommes en bleu horizon. A son bord, deux amis de longue date : Hans Altmann l'observateur et Manfred Faszler, le pilote.

-Tout est si calme ! C'est étrange, tu ne trouves pas Manfred ?

-Gardes les yeux ouverts mon ami ! Qui sait ce qui se cache dans l'obscurité...

Dans les tranchées, seules quelques jeunes recrues françaises lèvent les yeux au ciel. Ils épaulent leur fusil, cherchant à viser le biplan. Mais où tirer ? Il suffirait d'allumer un projecteur ou de lancer une fusée éclairante ! Mais cela marquerait aussi le début d'un intense bombardement d'artillerie en guise de réponse... Un vétéran, en pleine partie de carte, agite sa main en grognant. Un geste d'agacement destiné aux bleuets. Inutile de gaspiller des munitions pour rien et d'envenimer les choses, il s'agit de profiter d'une nuit calme avant l'assaut de demain. Dans le biplan, Hans plisse les yeux et se penche vers l'horizon. Brusquement, il s'écrit :

-Manfred, là-bas ! A bâbord, un avion ! Le pilote tourne la tête mais reste incrédule car rien ne lui saute aux yeux. Je te jure, une silhouette énorme ! Un bombardier peut-être ?

-Voyons Hans, que ferait un bombardier tout seul à cette heure ? Manfred abaisse le régime du moteur de son appareil, cherchant à faire cesser ce ronronnement assourdissant. Je n'entends pas les moteurs de ce monstre ! Peut-être un planeur ? C'est insensé... Bon risquons le tout et allons vérifier !

Plein gaz ! La manœuvre nécessite de survoler les tranchées françaises et elle n'est pas sans risques... Inutile de s'éterniser ! Hans, inconscient du danger, se penche dangereusement au-dessus du vide, cherchant du regard le fameux planeur.
Le ronronnement se rapproche de moi, je me suis fait repérer ! Je n'aurais jamais dû venir ici ! J'ai enfreint une loi importante pour les dragons : ne pas se rendre dans le monde des humains et ne pas interférer dans leur vie ou leurs conflits. Mais je voulais voir si les Hommes étaient devenus aussi mauvais que ce que content les récits. Ils se battent sans cesse et inventent constamment des moyens pour exterminer leur prochain. Pourquoi ? Je voulais comprendre, sans doute comme les quelques dragons qui ont enfreint la règle avant moi... Certains d’entre-deux n'étaient jamais rentrés...

Mes larges ailes me portent sur les courants ascendants. Je cherche à esquiver cet engin bruyant en planant, sans un bruit. En-dessous de moi défile un paysage hallucinant de cratères et de tranchées. Je vois tout : les petits feux de camp, les cigarettes, les lampes à pétrole... Ici, la mort est partout, combien de vie sacrifiées ? Je l'entend parfaitement à présent, il est très proche. Je pourrais attaquer et abattre ce frêle oiseau sans effort ! Mais j'ai déjà suffisamment fauté, je dois partir maintenant.

-Manfred il est là ! Il est gigantesque, regarde !

-A part nous, aucun de nos appareils ne devrait se trouver là. Il est d'un type inconnu. Envoie un signal et si aucune réponse ne viens, descends-le !

Hans s’exécute et, à l'aide d'une lampe de poche, lance une séries de signaux lumineux à l'appareil inconnu. Il essaie, encore et encore, pour être sûr. Mais comme la réponse ne vient pas, Hans s'empare de la mitrailleuse, l'oriente vers l'imposante silhouette sombre avant de faire feu ! Un rythme régulier, semblable à celui d'une machine à coudre. Une rafale déchire le silence de la nuit, provoquant en contrebas une agitation frénétique dans la fourmilière d'hommes en bleu !

Une lampe clignote dans la nuit noire. Je la vois très bien mais que peut signifier cet étrange code ? Je n'ai pas le temps de me poser d'avantage de questions, l'Albatros se met à cracher du plomb dans ma direction ! Quels idiots, ils viennent de tout gâcher ! Rapidement, je bats des ailes et prends de l'altitude afin de disparaître dans les nuages. Un drame va se jouer et, aussi étrange que cela puisse paraître, je me sens coupable...

Les Français s'agitent ! Un officier s'empare d'un pistolet lance-fusée et fait feu ! Soudainement, le champ de bataille s'illumine et l'Albatros perd ainsi la bénédiction de la nuit. Les armes pointent le ciel, d'autres fusées s'envolent, partout les soldats hurlent. « On nous attaque ! A mort l'avion Boche ! » Les armes crachent, les balles sifflent, les canons lâchent leur grondement sourd et lointain... Manfred panique et cherche à rejoindre les lignes de ses camarades. Hans semble dans un autre monde, observant la créature ailée qui disparaît dans le ciel brumeux. Une rafale perce brutalement les flancs vulnérables de l'appareil ! Une douleur lancinante ramène l'observateur à la réalité qui, dans un râle étouffé, s'écroule sur son siège.

-Hans ! Hans ! Réponds-moi !

Mais Hans, affalé sur sa mitrailleuse, a déjà cessé de vivre... En bas, les Allemands cherchent à couvrir leur appareil en noyant les Français sous une pluie d'obus. Les canons des hommes en bleu répliquent, débutant ainsi un duel d'artillerie meurtrier. Plus personne ne regarde l'Albatros blessé... Son ronronnement devient irrégulier, il pétarade, il hoquette. Le moteur s'arrête, vomissant soudainement une épaisse fumée noire ! L'oiseau de bois perd rapidement de l'altitude, son pilote panique en comprenant qu'il ne reverra plus sa famille... Des images me parviennent : une mère qui pleure avec une lettre dans sa main, une famille brisée.

Je ne dois pas intervenir, je dois résister... Mais cet homme, son regard plein de crainte et de désespoir... Il va mourir, comme beaucoup d'autres, et après ? Non, c'est ma faute, je n'aurais jamais dû venir ici. Je suis incapable de tous les sauver mais je peux le sauver lui ! Je plonge vers l'Albatros, mes griffes se resserrent lentement sur les ailes du biplan. Le bois craque, la toile se déchire... Le pilote ne réagit pas, il semble absent, le regard vide.
Je soutiens et j'accompagne le biplan loin de la fureur des hommes. A très faible altitude, au-dessus d'une prairie, je relâche mon emprise et l'Albatros glisse lourdement sur le ventre avant de s'immobiliser, disloqué.

Suite au choc, l'humain est assommé, son front repose sur le bois du biplan. Délicatement, je parvins à l'extirper de son siège pour venir l'allonger dans l'herbe. Les flammes vont bientôt dévorer l'Albatros, dévoilant ainsi sa position mais son pilote sera hors de danger. Je l'observe un instant en silence avant de décoller dans un claquement d'ailes. Qu'ai-je fais ? Est-ce que je viens de lutter contre le destin ? Quelquefois, les Hommes appellent cela « un miracle »... D'autres dragons l'ont-ils fait avant moi ? Je disparais dans les cieux, reprenant mon statut de créature imaginaire.

Manfred reprendra connaissance dans un hôpital de campagne. Aux yeux de tous, il sera un miraculé et un pilote hors pair ! Il tentera de raconter son histoire, de décrire cette créature qui lui a sauvé la vie. Les médecins échangeront un regard, dubitatifs. Aujourd'hui, sur un rapport poussiéreux écrit à la plume, on peut lire ces mots : Manfred Faszler, pilote, souffre de troubles comportementaux de guerre. Réformé en 1916.

La mort de son camarade fut une épreuve douloureuse. Jusqu'à son dernier souffle, Manfred prit soin de fleurir la tombe de son ami disparu. Et dés qu'il en avait l'occasion, il levait les yeux au ciel et espérait apercevoir à nouveau la créature ailée.
Revenir en haut Aller en bas
☆Furry Fox Fire☆
Messages : 284
Date d'inscription : 16/01/2015
Age : 32
Métier : Shakïa Satva/Mystic
Votre réputation à Euclésia : L'architecte d'Euclésia
avatar
Maître Renart
MessageSujet: Re: Candidature d'Hetzer   Jeu 18 Aoû - 3:10

Bienvenue Hetzer !
La fiche est impeccable tu es validé. o/



Revenir en haut Aller en bas
http://furfiction.bbfr.net
 

Candidature d'Hetzer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un fantôme bien vivant (Hetzer)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Fur Fiction  :: Archivage invités-
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.