AVRIL 2017. Merci de voter pour Fur ♥
Les inscriptions sont ouvertes pour tous !!! (Sauf pour les -18 ans).

Partagez | .
 

 Un contact vraiment particulier [PV Myria Aiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
I'm a fur
Messages : 23
Date d'inscription : 26/10/2016
Age : 27
Métier : Segundo
avatar
Maghna de Furya
MessageSujet: Un contact vraiment particulier [PV Myria Aiko]   Lun 7 Nov - 0:52

Une vision agréable, enfin... Je pouvais voir un champ vert parsemé de petits points colorés partout sur cette plaine, des fleurs en nombre inchiffrable. La brise me caressait de sa tendre et douce main, m'obligeant à fermer par réflexe les yeux, avant d'apercevoir au loin deux individus, main dans la main, marchant devant moi, l'un portant un costume noir à queue-de-pie, l'autre une longue robe cramoisie. Ils étaient si beaux tous les deux, leur démarche élégante et noble. Je me levais du sol, habillé d'un costume aussi, mais plus court, courant vers eux en hurlant sans son. J'avais beau hurler, nul son ne sortait de ma bouche, aphone et incompris alors que je vis de chaque côté de ma course des personnes au teint pâle, certains portant des tenues pauvres, d'autres des tenues de major d'homme, et d'autres d'élégants costumes, fumant des cigares de la taille de barreaux de chaise, empestant le tabac chaud, m'étouffant lorsqu'ils expiraient. Peu m'importait, ceux qui m'intéressaient se tenaient devant moi, marchant toujours, toujours aussi loin, partant dans une marche fantomatique, disparaissant comme la fumée d'une cigarette alors qu'une voix m'appela.

_ On... Pa... Tron... Patron ! PATRON !!

Bordel !! Il fallait que l'on me dérange, même lorsque je me repose. J'ouvris les paupières avec dégoût, dépité de ne pouvoir continuer mon rêve, cherchant à savoir qui était ces deux personnes qui ne m'entendaient pas. D'un mouvement lent, je me redressais du canapé matelassé en cuir noir, sortant de ma poche une cigarette que j'allumais à l'aide d'une allumette, cherchant quelque chose sur le sol.

_ Patron ? Il y a du nouv...

Je lui coupais la parole d'un geste de la main, ayant trouvé l'objet de ma convoitise : une bouteille d'eau minérale. Je l'ouvris et la bu, sentant la fraîcheur de ce liquide qui se répandit dans mon corps comme une source de vie. Une fois finit, je me levais, toujours bouteille en main, cigarette dans la gueule, m'étirant dans un soupir de plaisir avant de reporter mon regard vers le sbire bruyant.

_ J'espère pour toi que la raison de ta venue est importante... Lui dis-je d'une voix grave, profonde et sombre. Parce que sinon...

_ N-ne vous inquiétez pas patron ! La raison va vous surprendre, je peux vous l'assurez !

J'ouvris un tiroir de mon bureau où tout était rangé à la perfection, en sortit deux revolvers aux lames courtes d'un noir ténèbres, les lames étant recouvert d'un fourreau de cuir épais de la même couleur, afin d'éviter de me blesser avec. Les glissant dans des holsters de torse, un sous chaque aisselle, je me redressais et pris mon chapeau de gangster que portais à mon crâne, le déposant de travers comme à mon habitude. Ainsi prêt, je me tournais vers le jeune impulsif, lui disant d'une voix ferme :

_ Conduis-moi à ta... "Surprise".

_ Oui patron !

Ainsi, je le suivis, sortant de mon QG lourdement sécurisé pour ressentir le froid extérieur, relevant mon col en expirant la fumée de ma cigarette dans un nuage opaque. Entrant ensuite dans ma voiture personnelle avec chauffeur, je fus déplacé jusqu'au Marché Pingas, la plaque tournante de la contrebande. J'esquissais un sourire en me rappelant un carnage que j'y avais commis en étant plus jeune... Le bon vieux temps, juste avant mon entrée dans le monde noir et voluptueux de la mafia, ma familia.

La voiture ralentit, quittant les grands axes pour poursuivre en ralentissant dans les petites ruelles, le long des arrière-boutiques, jusqu'à atteindre des rideaux de fer, gardés par de nombreuses personnes, tous habillés de costumes noirs et portant des fusils ou des armes blanches, fumant cigare ou cigarette. Lorsque je sortis de la voiture, tous me regardaient, jetant leur cigarette sur le sol et me saluant avec respect en s'inclinant légèrement. J'en profitais pour saluer quelques personnes que je connaissais, avec qui j'avais fait équipe et ceux qui m'avaient déjà sauvé les miches.

Une fois le cérémonial des salutations terminé, je retrouvais le sbire hyperactif qui avait ouvert un des rideaux de fer, dévoilant un hangar à matériel, contenant armes, drogues et objets de contrefaçon, mais aucun esclave... J'avais refusé d'être impliqué dedans. J'en profitais pour évaluer les prochaines livraisons lorsque le dirigeant me vit, m'apportant une fiche avec la liste écrite du matériel entrant et sortant du hangar pour la semaine.

_ C'est du bon travail, on va encore être dans le vert ce mois-ci... Bon boulot, le Don sera satisfait encore une fois, dis-je au responsable des commandes de ma voix monotone, en agitant la tête positivement.

Mon pas me porta vers le jeune qui m'indiqua sa position de son bras énergique, le secouant comme un cocotier... Bonté divine, il ne s'arrêtait jamais ce gars ?
Finalement, il me montra l'origine de son énergie en pointant une cage en acier, assez grande pour entreposer un énorme animal.

_ Et ? Demandais-je au jeune, un poil irrité. Tu m'as réveillé et emmené ici juste pour me montrer une cage renforcée dans le hangar ? Juste pour ça ?

Montant rapidement dans les tours, je me saisis de l'un de mes revolvers et le pointa sur le jeune qui balbutia en agitant ses mains.

_ Non, non patron ! C'est l'intérieur qui va vous intéressez ! Je vous le jure sur le Don !!

Encore une parole taboue qui sortait de la bouche du jeune que je retins d'abattre sans sommation, décidant de vérifier au cas où... Après tout, s'il dit faux, il ne sortira pas vivant d'ici.
Je m'approchais donc de la cage, arme au poing, regardant attentivement, voyant avec stupéfaction une créature incroyable, tellement incroyable que je fis tomber ma cigarette sur le sol : une merveilleuse créature, au corps semblable à un long serpent aux marques rougeâtre parcourant ses écailles d'un blanc pur. Quant à la partie supérieure, je pouvais deviner un buste de femme, hybride, derrière sa longue et belle chevelure rose.

_ Ouvrez la cage... Ordonnais-je sans détourner le regard, me dirigeant vers l'entrée.

Je m'approchais d'elle, entrant dans cette cage d'acier, m'abaissant lentement, arme toujours au poing. D'une douceur qui ne me ressemblait pas du tout, j'approchais ma main de son corps reptilien, touchant du plat de ma paume les écaille lisse mais froides, provoquant chez moi un froncement de sourcil, le levant directement, sortant de la cage, me dirigeant vers le jeune sbire qui venait de se mettre dans le nez un petit rail de poudre blanche... Enfoiré de junkie.

_ Depuis combien de temps est-elle là ?

_ On l'a "trouvé" dans la rue il y a deux jours, répondit le jeune qui se retourna vers moi dans un pirouette enjoué, de la poudre visible sur son nez, en agitant ses doigts pour former des guillemets lorsqu'il dit le verbe "trouver". Alors alors alors ? Qu'est-ce que vous en pensez ? Ça mérite une récompense, vous ne trouvez pas ?

Junkie, hyperactif, joyeux et marchand... Voilà un jeune qui aurait pu faire carrière, dommage que ma seule réaction soit de lever mon bras et de lui tirer une balle dans le crâne. Je pouvais maintenant rajouter la qualification suivante : mort.

_ Je vous aie dis et redis que JE ne voulais PAS faire dans l'ESCLAVAGE !! BORDEL DE MERDE, POURQUOI PERSONNE NE M'ÉCOUTE ?!


Rangeant mon arme, j'avais créé un froid dans le hangar, avant de reprendre le boulot avec plus de motivation, deux hommes transportant déjà la dépouille du jeune furry, le responsable venant vers moi pour présenter ses excuses... Comme si j'en avais quelque chose à secouer de ses excuses, il était mort inutilement sans avoir servi à la familia d'une manière utile. Bref...

_ Apporte le corps de la demoiselle qui se trouve dans la cage dans le bureau, en faisant très attention à elle... Elle pourrait être utile finalement, si elle ne meurt pas d'un hypothermie par votre faute... Heureusement qu'elle est seulement inconsciente et pas morte. Emmène aussi ses affaires personnelles.

_ Compris patron, répondit le responsable sans poser de questions.

_ Et une dernière chose... Fait apporter des couvertures ou alors des épaisses fourrures chaudes, on se les caille ici.

Le responsable s'inclina et partit rapidement, organisant son équipe, leur donnant ses consignes de manière claire, précise et concise... J'aime ce comportement, peut-être qu'il mérite une promotion ou une prime pour son bon travail. Je me rallumais une cigarette avant de me diriger vers le bureau, bureau où je m'asseyais tranquillement, jetant un œil dans les affaires déjà présentes sur le bureau, trouvant tabac, pipe rétractable, des parchemins et de quoi écrire, ainsi que d'autres effets personnels. Aucune carte d'identité, ni de nom... Rien d'utile pour l'identifier.

Au bout d'un moment, les hommes emmenèrent la demoiselle qui se révéler de grande beauté, toujours inconsciente. D'autres hommes apportèrent des couvertures et des fourrures pour les mettre sur le corps de la demoiselle, tout le long de sa queue et de son torse.

_ Ok super, préparez-moi du café en grande quantité, je sens que la nuit va être longue.

_ Bien reçu patron.

Je regardais le responsable partir, avant de reporter mes yeux dorés sur la divine créature à la beauté effarante en train d'hiberner à cause du froid glacial dont elle a été soumise. J'espérais qu'elle allait se réveiller, sinon ça serait vraiment du gâchis... Un vrai gâchis.





Dernière édition par Maghna de Furya le Mer 7 Déc - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur légendaire
Messages : 8
Date d'inscription : 27/07/2016
Age : 29
Métier : archiviste et messagère
Votre réputation à Euclésia : Bonne cher certain , mauvaise cher d'autre
avatar
Myria Aiko
MessageSujet: Re: Un contact vraiment particulier [PV Myria Aiko]   Dim 13 Nov - 4:10



Drôle de réveille .
FEAT Machin
Froid, c’est pénible de vivre aux grappins d’inconnu, de proche ou de simple voyageur de nuit intime. Oui, il me faut de la chaleur pour fonctionner correctement quand celle-ci manque, je me dois d’être attentive aux signaux de mon corps, mais parfois, il est trop tard. Il y a de cela deux jours, j’ai traversé des étendues d’eau et parfois à des températures parfois sous zéro. Vraiment, c’est temps si mon maître m'envoie un peu partout ou le froid est présent.

Encore heureux, que l’ordre fut fait et le colis demander livrée, même si ce n’était rien que des papiers et des lettres, je n’aime pas laisser en plan un travail, même aussi simpliste. Mais sur mon chemin, je n’Est pas prit le temps de me reposer et de reprendre m’a totalité de ma chaleur et donc en cherchant surement un endroit plus chaud je suis tombé en semi-hibernation. C’est vraiment dangereux pour moi à ce stade-là.

Dans mon inconscient, on me manipule. Je le sais, je ne peux pas expliquer cette mémoire de peau qui est active, je sens des pattes doigtées poilue et chaude Ont me traine avec difficulté, ben oui, je pèse plus de 300 kilos, presque le double quand je suis en hibernation, car mon corps est mou. Surtout le côté serpent, il faut le dire les anneaux de mes muscles sont plutôt grand, mais bon cela ne serre a rien quand ont na l’esprit dans la brume.

Je ne sais pas quand mon corps c’Est mi a retrouver graduellement sa chaleur, ma peau pâle reprit sa couleur plus foncée, la pointe de ma queue s'agite pour se mouvoir lentement. 15 minute plus tard après les premiers signes de réchauffement, mon long corps écailleux bougea avec une lenteur lourde, déplacent au passage le bureau présent facilement, visiblement la place manquait. Le temps fit son œuvre pour que mon énergie enveloppe mon cerveau et envoi, ses signaux aux corps, mon poul reprit graduellement en vitesse et rapidement, je me suis mi à sentir des picotements à mes doigts. Toujours par étape, ma grosseur joue un rôle négatif dans le temps de récupération et cela faisait plus de deux jours que j’étais en sommeillent.

Un couinement cristallin vient s'incruster dans les bruits habituels de l’entrepôt, un douloureux réveil qui aurait pu être plus confortable dans une auberge pas trop loin de là. Le haut de mon corps se lève, ma vision n’est pas totale et les images que je détecte ne sont que les endroits plus chauds que d’autre comme des zones bleues à rouge. Mes pupilles sont effacés, celle-ci bouge instinctivement vers la présence ou plutôt la masse de chaleur qui bouge présentement dans l’espace. J’Ai une partie de moi sauvage, je dois le dire, et me bouger dans une petite pièce avec peu de place n’est pas la meilleure des solutions.

Ma langue sort par seconde s’agitent pour prendre en compte les odeurs, des informations importantes qui me rassurent sur l’endroit où je me trouve, la masse de chaleur se dessinait plus grosse aux mouvements de ladite présence, qui, ne semblait pas s'inquiéter de ma présence, une grave erreur vue mon état d’esprit.

Je restai immobile durant quelque minute, avant de foncer sur lui avec une rapidité hors norme. Ma queue se mit à tourner sur lui, même si celui-ci avait tenté de bouger l’espace était trop restreint ce qui facilite ma trappe éclaire, mon corps froid serre sa masse lui interdisent tout mouvement comme un asticot, oui, je reste sonner par le froid et évidemment mon instinct est plus méfiante plus facilement irritent. Je respire vite, mon buste n’est pas calme et bouge frénétiquement pour compenser l’énergie que je viens de dépenser à bouger et qui me manque cruellement. Je fixe le mâle, avant d’entendre un grincement prêt de la porte, je plaque ma masse et la personne contre cette même porte pour bloquer tout renfort. J’entends le mot boss, ce qui n'est pas du tout bon pour moi, je reprends un peu conscience agitent ma langue comme un tique et lui demande.

-Veuillez m’excuser de cette brutalité, je vois que je ne suis pas en terrains sécuritaires, je ne compte pas vous tuer, ma vie n’Est pas en danger, mais rappelez votre bande... Ils sont facilement une vingtaine à s’agiter et paniquer -

Je prends une pause essoufflée. Une écoute fine est de rigueur et je me dois d’être stratégique, je sens encore mes extrémités lourdement engourdies Soupirent alors qu'encore, j’entends des demandes, je me remis à parler calmement.

-Vous faut-il la parole de l’archiviste du cercle des mages du sud, pour que tout cela ne tourne pas en défaveur des deux partis ? -

Je donne des indices sur mon potentiel dangereux, mais dans sa situation, il devrait comprendre que je peux lui casser la nuque à tout moment.    

© Lou / Shiro


Revenir en haut Aller en bas
I'm a fur
Messages : 23
Date d'inscription : 26/10/2016
Age : 27
Métier : Segundo
avatar
Maghna de Furya
MessageSujet: Re: Un contact vraiment particulier [PV Myria Aiko]   Mar 22 Nov - 23:47

Brusquement, je la vis bouger avec une célérité rare. Je n’eus que le temps de me redresser, moi qui m'étais accroupi pour mieux la regarder. D'un mouvement rapide, je pouvais sentir ses anneaux m'envelopper le corps jusqu'à la nuque, me privant de mes mouvements, alors que le reste de son corps à elle bloquait la porte à mes hommes qui paniquaient... Vraiment, quelle soirée de merde !

La voix cristalline de la femme-serpent, la lima comme certains l'appelaient, résonna dans la pièce, sa langue sortant comme les reptiles.

_Veuillez m’excuser de cette brutalité, je vois que je ne suis pas en terrains sécuritaires, je ne compte pas vous tuer, ma vie n’est pas en danger, mais rappelez votre bande... Ils sont facilement une vingtaine à s’agiter et paniquer... Vous faut-il la parole de l’archiviste du cercle des mages du sud, pour que tout cela ne tourne pas en défaveur des deux partis ?

Je l'écoutais attentivement puis laissai un blanc, commençant à ricaner avant de rire de tout mon long, un rire sombre et rauque... Un rire démoniaque.

_ Une vingtaine ? D'ici cinq minutes, ils seront une cinquantaine, et s'il m'arrive quoi que ce soit, tu aura toute la familia sur le dos... Pour te dire, peu importe qui tu es et la valeur que tu pourrais avoir en étant vivante, tu ne pourras fuir facilement, surtout avec un escadron composé d'arme à feu.

Inspirant sur ma cigarette, j'expirais le contenu de mes poumons par mes naseaux, totalement détendu. J'avais beau être dans une situation délicate, il faut toujours voir le bon côté des choses... Je meurs, elle et tous ses amis ainsi que sa famille meurent. Échec et mat.
Mais ma curiosité naturelle me poussait à vouloir en savoir plus sur elle, le motif de sa visite ou même, sa destination. Fermant les yeux, je me concentrais profondément, me focalisant sur cette image de pendule marchant à l'envers, murmurant ensuite :

_ Dévoile-moi ce que je désire... Oracle.

Mon regard s'illumina dans un léger halo doré, ne scintillant qu'une fraction de seconde, mais pendant cette petite fraction, je pus voir le passé, remontant quelques jours avant son évanouissement, sa discussion avec son maître, ses amis, le Cercle des Mages, tout m'était ouvert sur cette courte période.
Je fermais les yeux, le souffle court. La vision n'avait duré qu'une seconde, mais j'avais assez de données, vu le contact privilégié que j'avais avec elle.

_ Pourquoi votre maître vous a envoyé ici alors qu'il savait qu'il faisait froid en cette saison ? Et pourquoi être venu en petite tenue ? Pourquoi ne pas avoir écouté les conseils de vos collègues au Cercle des Mages concernant la météorologie du coin ?

J'inspirais d'une traite le restant de ma cigarette, voulant calmer mon cœur qui battait à tout rompre. J'appréciais ce pouvoir, pouvant tout savoir à l'avance, mais je n'aimais guère les effets négatifs... C'est embarrassant et énervant... Frustrant.
Crachant sur le sol le mégot entre mes babines, je poursuivis.

_ Je vous propose un marché : vous me relâchez et aucun de mes hommes ne vous tirera dessus. Et l'on discutera comme des personnes civilisées... Avant que tout cela dégénère.

[HRP: mon pc est actuellement en réparation, donc je ne pourrais répondre rapidement... Désolé pour la gêne occasionnée]



Revenir en haut Aller en bas
Seigneur légendaire
Messages : 8
Date d'inscription : 27/07/2016
Age : 29
Métier : archiviste et messagère
Votre réputation à Euclésia : Bonne cher certain , mauvaise cher d'autre
avatar
Myria Aiko
MessageSujet: Re: Un contact vraiment particulier [PV Myria Aiko]   Mer 4 Jan - 20:28



Drôle de réveille .
FEAT Machin
Je reste là à le regarder, son rire me fait crisper un moment, mes pauvres oreilles son sensible aux bruits, je déteste entendre un rire trop fort. Je croise les bras avant de bâiller à grande bouche, ce type allait vraiment utiliser ses hommes pour me stopper… Il aurait dû comprendre depuis un moment en vue de mon calme que cela ne ferait que lui porter préjudice. Je suis une créature, pas un hybride l’amba qui est sans défense, si mon maître m’ordonne de détruire une ville, j’en serais capable ça me prendrais quelque jour ou plus,mais voilà quoi. De plus, je ne me vente pas de la magie que j’ai, elle est extrêmement dangereuse pour les être de chaire, une putain de bombe à retardement. Bref, j’entends les hommes se placer aux delà de la porte et soupir puis lui dit.


- Je vous fais remarquer que les armes a feu ne sont pas en circulation normale, elle est rare et difficile à dénicher, même pour la cosa nostra... Un bluff pour sûr, méfiez-vous l'enzyme utilisé peut facilement être mise hors circuit, par beaucoup de choses -



J’ai vu des personnes naître, vivre et mourir tous aux longs de ma vie. Ce chien que je tiens entre mes anneaux ne dépasse pas trente piges en gros, je crois, il aboie plus que certain de, c’est compère. La lueur que je remarque me fait lever un sourcil. Entre le fait d’être curieuse et méfiante, c’Est question était plus posé que les autres avant cette lueur, il n’Est pas magicien, sinon je l’aurais senti, il reste le candy. Les bonbons des dieux, si dangereux et si puissants, c’Est bien l’un des seul sujet où il me manque des renseignements, mais il a l’air de souffrir à son utilisation.



-Premièrement, mon maître sait se que je vaux, deuxièmement, j’avais un manteau avant qu'on me le chipe durant mon évanouissement, j’en déduis a un piège,car on m'a déplacé dans un endroit froid, et troisièmement les ordres sont les ordres, et même les autres mages ne connais pas ce que je suis. Évitez d’utiliser votre candy cela serait dommage de vous épuiser de la sorte.-



Je lui souris naïvement, oui, je dois me montrer la plus faible possible, mon potentiel de destruction est élevé et je voudrais éviter d’utiliser ma magie rare pour lui dire que je ne suis pas faible même chez la cosa et que je n’ai rien à perdre.


-C’est frustrant de vous entendre dire que vos hommes ne tirent pas, mais vous, vous être armée. Moi je n’Est que ce corps pour me défendre, on m'a emmené dans un endroit que je ne connais pas, froid en prime, et vous voulez que je me soumettre à une personne telle que vous, vous allez loin là , moi, je veux retrouver mes effets personnelle et quitter cet endroit sens blessure n’y blesser. Si c’Est une discussion simple que vous voulez dite le, je connais une auberge qui est capable de m'accueillir avec ma masse dans les environs, car dans ce bureau, je suis compressé, menacé de mort, je n’Est rien demander moi….-



Je suis fatigué, un bon café noir et un bon bain bien chaud me feraient le plus grand bien, avec une bonne pipe a tabac rien de mieux pour me calmer les nerfs. Mais pour l’instant, je dois gérer un mec oui dangereux pour ma personne et des hommes que je risque de blesser si je dois agir pour m’enfuir. 



Je laisse un blanc, tournant ma tête vers la seule entrée de ce bureau agitant ma langue la montrent plus longue cette fois, je suis habituellement plus patiente et j’aime mieux parler calmement que sous la menace, mais là, j’ai tout de même de l’inconfort. Franchement, j’ai peur, je n’ai pas toute mes forces et il doit sans douter. Bref, je me dois avant tout de reprendre des forces et c’est tout, je passe en revue le bureau et vois une chaise confortable et le fixe sérieusement de mes yeux de feu. J’agite mes anneaux contre son corps et sens ou est placer ses armes. Sifflant mon humeur froide, avant de bouger presque tout mon corps dans un coin éloigné de la porte, je déplace la chaise avec facilitée et la pose proche de la sortir et laisse tomber la fury dessus éloignent donc mon corps de serpent de sa présence retournant sous les peaux de bête et couverture chaude. Je m’installe sur quelques cousins calmes, agitent ma queue pour lui montrer que s'il fait quelque chose de déplacer, j’y répondrais vivement.


© Lou / Shiro


Revenir en haut Aller en bas
I'm a fur
Messages : 23
Date d'inscription : 26/10/2016
Age : 27
Métier : Segundo
avatar
Maghna de Furya
MessageSujet: Re: Un contact vraiment particulier [PV Myria Aiko]   Lun 15 Mai - 1:10

Calme-toi, tête de mule, calme-toi… Respire, malgré les anneaux autour de ton corps, respire calmement… Impossible de me détendre ! Mon corps endolori me hurlait d’arrêter cela, d’admettre ma faiblesse et de rebrousser chemin… Impossible, même si je le voulais. La lamia me tenait et fermement en plus.

Je serrais les mâchoires à m’en grincer les canines, à me polir les molaires, à me tirailler de douleur les muscles du visage et des tempes, juste pour tenter de calmer la douleur de mon corps.

_ Tu es bien hypocrite pour une dame de plusieurs centaines d’années. On ne vous apprend pas l’humilité dans ton école de magie ?

Débile… Débile… Débile… Une voix retentit dans ma tête, une hallucination sonore, contrecoup de l’utilisation de mon pouvoir. Ce n’est vraiment pas le moment, bordel !

_ Regarde autour de toi… Si je te voulais du mal, pourquoi aurais-je pris la peine de disposer des peaux chaudes et des couvertures sur ton p… Sur ton corps, si ce n’est pour te réchauffer ? Si je voulais te faire du mal, je t’aurais mise dans une chambre froide, pas dans un bureau… Je sais pertinemment que les espèces reptiliennes craignent le froid, ne me prends pas pour un furry de seconde zone. Je suis certes moins âgé que toi, mais question réflexion et analyse, je dois facilement avoir une bonne longueur d’avance comparé à toi…

Il fallait que je la raisonne, que je lui montre son erreur de jugement… À quel point, elle peut se planter.

_ Au lieu de t’agiter comme le ferait un animal sauvage, tu devrais analyser la situation dans son ensemble… Au lieu d’agir d’une manière purement instinctive ! Tu fais honte à ton ordre, lui qui est si fier de ses manières ! Et ça se prétend plus civiliser que les autres, la preuve !

Le ton de ma voix monta, mes poumons se vidant presque de leur air… Putain de lamia, puissante, mais rien dans le crâne. Comment elle a fait pour devenir mage avec une sagesse aussi faible ?

Mes muscles se relâchèrent, cessant de lutter, alors que je vis apparaitre au plafond des silhouettes à l’allure fantomatique, comme des spectres dans les romans d’horreurs. Encore une hallucination, manquer plus que ça… À moins que ça soit ma mort… Va savoir.



Revenir en haut Aller en bas
 

Un contact vraiment particulier [PV Myria Aiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un cours vraiment très particulier
» Garde du corps particulier cherche employeur aisé.
» Chercher un bijou particulier
» Jeux vraiment trop drole!!!
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fur Fiction  :: Marché Pingas-